Autre

Bill Clinton aime être végétalien, pense que le végétalisme pourrait faire du bien à l'Amérique

Bill Clinton aime être végétalien, pense que le végétalisme pourrait faire du bien à l'Amérique

Les légumes sont-ils la clé d'une révolution sanitaire américaine ?

Clinton pense qu'un régime riche en légumes pourrait changer la santé des Américains.

Ancien président Bill Clinton discuté dans un Profil AARP comment il est devenu végétalien. Clinton, qui était connu pendant sa présidence comme un passionné de McDonald's, a déplacé sa passion alimentaire vers le quinoa - et a abandonné toute viande, poisson et produits laitiers.

Clinton adhère à un régime végétalien ou principalement végétalien depuis le début de 2010, selon l'AARP, lorsqu'il a souffert de complications à la suite de la chirurgie cardiaque quadruple pontage qu'il a subie en 2004. Suivant les instructions de son médecin, il a recherché des régimes alternatifs.

"Je viens de décider que j'étais la personne à haut risque, et je ne voulais plus me tromper avec ça. Et je voulais vivre pour être grand-père", a déclaré Clinton à l'AARP. "J'ai donc décidé de choisir le régime qui, selon moi, maximiserait mes chances de survie à long terme." Le résultat? Clinton a perdu – et n'a pas réussi – 30 livres.

Clinton se consacre à son régime végétalien, en particulier à la lumière du changement positif qu'il a lui-même ressenti, et estime qu'un régime riche en légumes pourrait aider les Américains à changer les problèmes de santé auxquels ils sont confrontés. Son organisme de service public, le Fondation Clinton, s'est concentré sur l'obésité infantile et la santé et le bien-être des Américains comme deux questions cruciales, et affirme que des réformes de «la façon dont nous consommons les aliments et ce que nous consommons» sont nécessaires pour le bien-être du pays.

"Vous devez prendre la décision consciente de changer pour votre propre bien-être, celui de votre famille et de votre pays", a-t-il déclaré à l'AARP.


Celebrity Vegans: 22 stars qui ont abandonné les produits d'origine animale pour de bon

Crédit : IG et Getty

Y compris Ariana Grande, Bill Clinton et Beneditch Cumberbatch

Avant de commencer, laissez-nous vous dire qu'il y a un parcelle des célébrités végétaliennes.

Surpris? Vous ne devriez pas l'être. À l'heure actuelle, il serait assez difficile de ne pas bien connaître le véganisme. Selon les chiffres les plus récents des Nations Unies (ONU), environ 10 % de la population mondiale est végétalienne. C'est 78 million gens.

Alors, comment sommes-nous passés de considérer les végétaliens comme des hippies en sandales à voir 10% des humains sur la planète adopter le choix de vie en moins d'une décennie ?

Le changement climatique, c'est quoi. Vous n'avez qu'à regarder le dernier documentaire Netflix de David Attenborough, Une vie sur notre planète, pour faire face à la dure réalité que nous tuons la terre. Les forêts tropicales sont vides, aucun chimpanzé n'est visible, et autrefois les récifs aux couleurs de l'arc-en-ciel sont blanchis, ternes et sans vie. Plus de 15 milliards d'arbres sont abattus par les humains chaque année, et la moitié de toutes les terres fertiles de la Terre ont un seul objectif : l'agriculture. Attenborough l'appelle sa "déclaration de témoin", et si cela ne suffit pas à nous réveiller, franchement, nous ne savons pas ce que c'est.

Il prédit que dans 60 ans, « la production alimentaire mondiale entrera en crise à mesure que les sols seront épuisés par la surexploitation ». La réponse ? ‘Nous devons changer notre alimentation. La planète ne peut pas supporter des milliards de mangeurs de viande », explique Attenborough.

Pour info, c'est une question d'opinion, mais selon The Vegan Society, le véganisme est un mode de vie qui cherche à exclure, dans la mesure du possible et du possible, toutes les formes d'exploitation et de cruauté envers les animaux à des fins nourriture, vêtements ou à toute autre fin. Certains jurent même par le véganisme pour ses bienfaits pour la perte de poids. Alors vous savez, il y a ça aussi.

Bien qu'il existe de nombreuses autres façons de montrer son soutien au climat, comme économiser l'eau, recycler et faire des achats plus consciencieusement, ces célébrités végétaliennes ont tout mis en œuvre et ont pleinement adopté un mode de vie végétalien. Prêt à faire votre part, ou simplement envie de fouiner ceux qui le sont ?

Continuez à faire défiler pour découvrir lesquels de vos chanteurs, acteurs, présentateurs et athlètes préférés jurent de manger végétalien, alias, votre guide complet des célébrités végétaliennes les plus célèbres.


Comment le bien-être a commencé aux États-Unis.

En retraçant les origines du bien-être moderne en Amérique et en Europe, de nombreux historiens soulignent le chancelier allemand Otto von Bismarck&# x2019s 1883 Loi sur l'assurance-maladie. En tant que l'un des premiers programmes d'aide sociale du gouvernement pour la classe ouvrière, ce n'était pas une idée nouvelle. En fait, l'Empire romain, la dynastie Song en Chine et certaines parties du monde islamique au 7ème siècle ont collecté et fourni des formes de bien-être à son peuple.

C'est cependant le krach boursier de 1929 et la Grande Dépression qui a suivi qui ont amené l'idée de bien-être au premier plan du discours politique américain. Bien que de nombreux groupes à but non lucratif, organisations religieuses et gouvernements étatiques et locaux aient déployé des efforts caritatifs de longue date pour aider à réduire la pauvreté, les niveaux de chômage sans précédent ont poussé de nombreux groupes au-delà de ce qu'ils pouvaient fournir. Qu'il s'agisse des jeunes qui se présentent à l'école affamés ou pas du tout, des travailleurs qui luttent pour joindre les deux bouts ou des personnes âgées qui vivent sans pension, les Américains ont du mal à vivre sans filet de sécurité.

Comment le New Deal du président Franklin Roosevelt a-t-il remis l'économie américaine sur les rails, et quels composants ont encore un impact majeur sur la société d'aujourd'hui ?


Le véganisme est-il une religion en vertu de la loi anti-discrimination ? Un tribunal de district fédéral de l'Ohio dit que peut-être En décembre 2010, le centre médical de l'hôpital pour enfants de Cincinnati a licencié Sakile S. Chenzira, un représentant du service clientèle, pour avoir refusé de se faire vacciner contre la grippe saisonnière, en violation de la politique de l'hôpital. Mme Chenzira avait refusé le vaccin parce qu'elle est végétalienne et que le vaccin est produit à partir d'œufs de poule, qui proviennent d'animaux et ne sont donc pas végétaliens. Après avoir été licenciée, Mme Chenzira a intenté une action en justice devant un tribunal fédéral contre l'hôpital, alléguant, entre autres, que son licenciement violait son droit fédéral en vertu du titre VII de la loi de 1964 sur les droits civils à ne pas subir de discrimination religieuse. Le défendeur a demandé le rejet de la demande, arguant que le véganisme ne constitue pas une religion déclenchant la protection de la loi. Dans un geste que certains ont trouvé surprenant, un tribunal fédéral de district du district sud de l'Ohio a rejeté la requête de l'accusé pour rejeter l'affaire, concluant qu'un végétalien peut, selon les preuves, avoir un fondement juridique pour prétendre que son véganisme est admissible à la même protection qu'une croyance religieuse sincère. Dans cette chronique, j'examinerai la décision du juge de district et expliquerai ce qu'elle dit et ne dit pas à propos de la décision du plaignant de refuser un vaccin contre la grippe. Qu'est-ce qu'un végétalien ? Pour avoir une discussion éclairée sur la question de savoir si un végétalien est suffisamment comparable à un pratiquant du christianisme ou de l'islam pour déclencher la protection d'une loi interdisant la discrimination religieuse, il est d'abord important de comprendre ce que signifie être végétalien. Comme les praticiens des religions traditionnelles, les végétaliens ont des manières diverses de vivre et de manifester leur engagement envers le véganisme. Cependant, la plupart des végétaliens éthiques partagent un engagement envers la proposition selon laquelle il est mal d'infliger la souffrance et la mort aux animaux afin de répondre à des besoins qui peuvent être satisfaits par d'autres moyens. Plus concrètement, cela signifie que les végétaliens éthiques choisissent (a) de consommer un régime à base de plantes, en évitant la chair et les sécrétions corporelles (comme le lait et les œufs) d'animaux non humains, y compris les vaches, les poulets et les poissons (2) à porter exclusivement des vêtements non d'origine animale au lieu de fourrure, de cuir, de laine et d'autres matériaux dérivés de l'exploitation (et pratiquement toujours de l'abattage, lorsque les animaux survivent à leur utilité pour l'homme) d'animaux et (c) d'utiliser des produits de soins corporels, tels que comme shampooing, savon et déodorant, qui sont dérivés de sources non animales et qui ont été testés en matière de sécurité sans l'utilisation d'animaux. Sur la question des médicaments et des vaccins, les végétaliens éthiques adoptent des positions différentes, et la plupart reconnaissent que la question est bien plus difficile que la question d'acheter des œufs de poule ou du yaourt au lait de vache au supermarché. Bien que le vaccin ne soit pas un produit végétalien, certains végétaliens pourraient considérer qu'en l'absence d'une alternative de vaccination végétalienne, le vaccin antigrippal existant est nécessaire à la santé du végétalien ou à celle des autres. Pour des raisons similaires, un végétalien qui est malade et a besoin d'un médicament qui n'est actuellement disponible que sous une forme contenant des ingrédients d'origine animale pourrait conclure que la nécessité permet l'utilisation du médicament. À l'heure actuelle, la loi américaine exige également que tous les médicaments aux États-Unis soient testés sur des animaux, et beaucoup sont synthétisés avec des additifs non végétaliens, de sorte que les végétaliens n'ont souvent pas la possibilité de prendre une version végétalienne du médicament. Lorsque la santé ou la sécurité est menacée et que des alternatives ne sont pas disponibles, certaines personnes qui se considèrent comme des végétaliens éthiques prendront un médicament non végétalien, tandis que d'autres ne le feront pas. Qu'est-ce qu'une religion ? La question suivante à affronter, pour déterminer si le véganisme est une religion au titre du Titre VII, est celle-ci : qu'est-ce qu'une religion ? Certaines religions sont anciennes et donc reconnues depuis longtemps comme des religions, y compris les familles de religions bien connues qui vont sous les titres du bouddhisme, de l'hindouisme, du judaïsme, du christianisme et de l'islam. Un membre de l'une de ces confessions peut rencontrer peu de résistance en prétendant, dans une action en justice anti-discrimination, qu'il ou elle est membre d'un groupe religieux. En vertu du Code of Federal Regulations pertinent à la définition de la religion en vertu de la loi fédérale anti-discrimination, « [i]n la plupart des cas, le fait qu'une pratique ou une croyance soit ou non religieuse n'est pas en cause. Cependant, dans les cas où le problème existe, la Commission [Equal Employment Opportunity] définira les pratiques religieuses pour inclure les croyances morales ou éthiques quant à ce qui est bien et mal qui sont sincèrement défendues avec la force des opinions religieuses traditionnelles. Bien que les lecteurs puissent associer la religion à une croyance en Dieu, une personne peut en fait être un pratiquant très engagé d'une religion sans réellement croire à des êtres surnaturels. En effet, certaines religions établies – comme le bouddhisme – n'impliquent même pas nécessairement la croyance en un tel être. En grandissant en tant que juif orthodoxe, j'ai appris que ma religion n'exigeait pas une croyance en Dieu ou en aucun autre phénomène, elle exigeait seulement que l'on conforme son comportement aux exigences religieuses. Le véganisme est-il une religion ? En utilisant le critère articulé ci-dessus, et répété par le tribunal de district dans le cas de Mme Chenzira, il est clair que les végétaliens éthiques ont sincèrement « des croyances morales ou éthiques quant à ce qui est bien et mal… avec la force des opinions religieuses traditionnelles ». Certes, tous ceux qui s'identifient comme végétaliens ne possèdent pas nécessairement l'équivalent d'une foi religieuse. L'ancien président Bill Clinton, par exemple, a cessé de manger des ingrédients d'origine animale et s'est même décrit comme végétalien. Il mange apparemment comme il le fait parce qu'il a découvert, grâce à des recherches et à des consultations avec des experts médicaux, qu'un régime alimentaire complet à base de plantes et faible en gras non seulement ralentit, mais peut en fait inverser les maladies cardiaques. J'ai été ravi d'apprendre que Bill Clinton a choisi de manger de cette façon (et j'espère que sa femme, l'ancienne secrétaire d'État Hilary Clinton, se joindra à lui dans cette approche saine de l'alimentation). Le choix du président Clinton ne semble cependant pas lié à la conscience ou à un engagement moral ou éthique. Il souhaite manger des aliments sains, mais il ne semble pas croire (et n'a pas, à ma connaissance, déclaré) qu'il est contraire à l'éthique de consommer de la chair, des sécrétions ou d'autres produits de l'agriculture animale. Au lieu de cela, il évite apparemment de le faire pour des raisons de santé, tout comme de nombreuses personnes vont au gymnase pour faire de l'exercice pour des raisons de santé. Et il serait exagéré de prétendre que s'entraîner plusieurs jours par semaine pour rester en bonne santé et en forme est comparable à la pratique d'une religion. Les végétaliens éthiques, en revanche, considèrent qu'il est illicite pour une personne de participer à des blessures et à des abattages d'animaux en les consommant ou en consommant leurs cheveux, leur peau ou leurs sécrétions corporelles, même si cela ne constituerait pas une menace pour la santé du consommateur. De plus, les végétaliens éthiques ne considèrent généralement pas qu'il est "mal pour moi, mais bien pour vous" de consommer des ingrédients d'origine animale, de la même manière que la consommation de gluten ou d'arachides peut être bien pour moi mais hautement indésirable pour quelqu'un qui souffre de la maladie cœliaque ou de l'arachide. allergiques, respectivement. Tout comme la plupart d'entre nous considèrent qu'il est mal pour quiconque d'agresser un enfant ou de jeter des pierres sur un chiot, les végétaliens considèrent qu'il est mal pour quiconque de consommer du fromage dérivé du lait maternel de vache ou de consommer de la chair de poulet abattu. Autrement dit, les végétaliens, comme les membres de confessions religieuses plus généralement, sont des réalistes moraux. Nous pensons que certaines actions, telles que participer à la violence contre des animaux humains et non humains sans défense, sont mauvaises. C'est l'une des raisons pour lesquelles de nombreux végétaliens éthiques ne servent à nos invités que de la nourriture végétalienne dans nos maisons, indépendamment de ce que les invités pourraient normalement choisir lorsqu'ils mangent seuls. Le véganisme éthique, contrairement à de nombreuses religions, ne dicte aucune position sur les êtres ou les événements surnaturels, d'une manière ou d'une autre. Certains végétaliens sont membres d'une foi religieuse conventionnelle, centrée sur Dieu et partagent ce système de croyances, tandis que d'autres se considèrent agnostiques ou athées. Néanmoins, l'engagement d'un végétalien éthique à refuser la chair et les sécrétions animales est souvent aussi fort et sincère que l'engagement d'un juif religieux à éviter le pain au levain pendant la fête de la Pâque ou l'engagement d'un musulman religieux à éviter la chair de porc. Les questions pertinentes dans le cas de Mme Chenzira Bien que le procès de Mme Chenzira contre son ancien employeur ait survécu à une requête en irrecevabilité, les faits qui ressortent peuvent ou non l'aider à gagner sa cause. Je pense qu'il serait difficile de contester la sincérité du véganisme de la plaignante, si elle est prête à renoncer à un vaccin contre la grippe, malgré la volonté de son employeur de la licencier pour cela (et malgré toute inquiétude qu'elle pourrait avoir de tomber malade en l'absence de le vaccin). Refuser un vaccin contre la grippe est une proposition beaucoup plus difficile, comme je l'ai expliqué ci-dessus, que de refuser de manger des aliments riches en cholestérol comme la chair et les sécrétions corporelles des vaches et des poulets. Ce qui fait du vaccin contre la grippe un cas plus difficile pour le végétalien éthique individuel peut également avoir des ramifications pour le test d'équilibrage qui accompagne la demande d'accommodement religieux d'un employé. L'hôpital n'a aucun intérêt légitime à ce que ses employés consomment du lait maternel de vache, mais il a certainement un intérêt légitime à maintenir l'hôpital à l'abri de la grippe. Si tenir compte du véganisme éthique de Mme Chenzira expose les patients hospitalisés à un risque sensiblement accru de contracter la grippe, alors l'accusé pourrait la licencier pour avoir refusé le vaccin, malgré son véganisme. La loi fédérale interdit aux employeurs couverts de ne pas « s’adapter raisonnablement » à « l’observance ou la pratique religieuse d’un employé » si l’employeur peut le faire « sans entraver indûment la conduite des affaires de l’employeur ». Pour déterminer si un refus d'exempter Mme Chenzira de la politique de vaccination obligatoire, comme l'hôpital l'a fait, est légal, il peut être utile de savoir que l'hôpital semble exempter de la politique de vaccination obligatoire les « [employés] ayant un contre-indications » au vaccin. En d'autres termes, l'hôpital ne refuse pas simplement d'employer quiconque refuse le vaccin. Il reconnaît des exceptions, mais pas pour un objecteur de conscience, s'engageant ainsi potentiellement dans une discrimination contre la religion. Le fait qu'un représentant du service à la clientèle comme Mme Chenzira n'a probablement pas de contact avec le patient comme le font les médecins, les infirmières et les aides-soignants travaillant à l'hôpital, et la nécessité de maintenir son statut sans grippe appuient encore la position de la plaignante. est par conséquent moins urgent. En effet, les directives de l'hôpital (en date de novembre 2009) semblent concourir à une telle hiérarchisation, déclarant que «[l]e vaccin est d'abord distribué dans les zones à haut risque du centre médical, la priorité étant donnée aux employés des soins aux patients. domaines. » Le fait que certains végétaliens se fassent vacciner contre la grippe, même si Mme Chenzira ne le ferait pas, n'a aucune incidence directe sur la question de savoir si son comportement est de nature religieuse. Citant à nouveau le Code of Federal Regulations, « [l]e fait qu'aucun groupe religieux n'épouse de telles croyances ou le fait que le groupe religieux auquel l'individu prétend appartenir puisse ne pas accepter une telle croyance ne déterminera pas si la croyance est une croyance religieuse. de l'employé ou de l'employé potentiel. Différentes personnes, alors, peuvent avoir différentes manières de pratiquer une même foi religieuse, une réalité qui vaut également pour les religions traditionnelles. Alors que certains Juifs orthodoxes, par exemple, mangeront une salade dans un restaurant qui sert de la nourriture non casher, d'autres Juifs orthodoxes n'utiliseront jamais les couverts dans un tel établissement, car ils entrent régulièrement en contact avec de la nourriture non casher. De même, certains catholiques pratiquants qui s'opposent à l'avortement en tant que question de foi religieuse rejettent toujours l'idée que l'utilisation de la « contraception artificielle » viole la loi de Dieu, tandis que d'autres l'acceptent. Il n'y a pas de compréhension unifiée d'une foi religieuse, et un individu peut donc être en désaccord avec la compréhension de la majorité de sa religion sans exclure sa conduite de la couverture en vertu des lois protégeant contre la discrimination religieuse. Comment l'affaire se déroulera-t-elle ? Je prédis que, si les faits sont allégués devant le tribunal de district, alors Mme Chenzira l'emportera probablement dans son affirmation selon laquelle elle a droit à une protection contre la discrimination religieuse en raison de son véganisme éthique. Ce que cette protection lui offre dans ce cas, cependant, dépendra de savoir si l'enquêteur conclut que l'octroi à Mme Chenzira d'une exemption du vaccin contre la grippe mettrait en danger les patients de l'hôpital défendeur. Certains employés semblent déjà bénéficier d'exemptions de l'obligation de vaccin, ce qui fait qu'un refus d'exempter Mme Chenzira pour des raisons éthiques semble arbitraire et injustifié. Le fait que la « religion » de Mme Chenzira soit la raison de son refus du vaccin est important - cela donne à son refus plus de poids, en vertu de la loi, qu'un refus du vaccin par, disons, une forte aversion pour les aiguilles aurait. Reste à savoir si ce poids supplémentaire est suffisant pour exiger une dérogation à la politique de vaccination de l'hôpital. La théorie du complot de l'OAN relie COVID-19 au contrôle de la population par Bill Gates, George Soros, « l'État profond » et la Chine

KRISTIAN ROUZ (ONE AMERICA NEWS) : Les agences de renseignement américaines poursuivent une enquête sur les origines de COVID-19 au milieu des preuves croissantes d'un complot mondialiste visant à établir un contrôle démographique radical. Le virus a traité des blocages dévastateurs dans les économies avancées et dans cette situation, les experts disent que quiconque contrôle le remède peut contrôler l'avenir de l'humanité.

Et tandis que les médias, les démocrates et l'État profond continuent de rejeter l'hydroxychloroquine comme un remède probable, ils font plutôt pression pour un remdesivir, un médicament contre Ebola qui a échoué.

JUDY MIKOVITS : Quand vous enlevez un médicament -- et pas seulement l'OMS, pas seulement l'OMS -- la FDA, le CDC, Tony Fauci ont tout fermé, parce que nous pouvons prendre tout cet argent qu'ils gagnent sur leurs brevets et nous peut le donner aux victimes de ce fléau de la corruption.

ROUZ : Des rapports récents affirment que le brevet du remdesivir est contrôlé par la Chine continentale, Bill Gates et l'OMS, tandis que les Clinton pourraient également y participer.

L'ensemble de la dissimulation serait soutenu par le milliardaire mondialiste George Soros. De telles allégations ont été rejetées par les médias grand public et la Chine comme une théorie du complot, affirmant que Gilead, basé en Californie, détient le brevet du remdesivir. Mais, Gilead lui-même aurait déclaré que s'il utilisait sa propre drogue, il aurait des ennuis juridiques avec la Chine.

ROUZ : La Chine détiendrait une partie du brevet du remdesivir via l'agence des Nations Unies Unitaid, dont le principal donateur depuis 2006 est la Fondation Bill et Melinda Gates. Par ailleurs, la Fondation Clinton a également travaillé avec Unitaid sur le projet de 100 millions de dollars pour étudier le VIH/SIDA dans le passé. Unitaid a également des bureaux près du laboratoire chinois d'armes biologiques à Wuhan, que les principaux républicains soupçonnent d'avoir été financé par nul autre que le Dr Anthony Fauci et le NIH.

RUDY GIULIANI: C'était s'amuser avec ce virus. . Malgré cela, le Dr Fauci a donné 3,7 millions de dollars au laboratoire de Wuhan. Nous l'avons payé. Nous avons payé pour le foutu virus qui nous tue.

ROUZ : Le complot contre le coronavirus a obtenu de nouvelles preuves lorsque les responsables du Parti démocrate se sont ouvertement rangés du côté du Parti communiste chinois pour dénoncer l'hydroxychloroquine comme un remède probable. La chloroquine a été développée en Allemagne dans les années 1930 et la majeure partie est fabriquée par le fabricant allemand de médicaments Bayer, qui a récemment donné aux États-Unis des millions de pilules gratuitement pour lutter contre le COVID-19.

Certains disent que les démocrates attaquent le médicament uniquement parce que le président Trump s'est prononcé en faveur de celui-ci, mais d'autres soulignent un aspect du commerce extérieur, affirmant que les démocrates veulent obtenir le remède COVID de la Chine, pas de l'Allemagne ou de l'UE.

DÉMONSTRATEUR DE DISTANCE ANTI-SOCIALE : Il ne s'agit pas de COVID ou d'un virus. Il s'agit de prendre le contrôle de la race humaine et de limiter la population. Population limitée avec un virus qui a été créé dans un laboratoire et financé par les États-Unis d'Amérique, par plusieurs personnes aux États-Unis d'Amérique, ainsi que dans d'autres pays.


Bill Clinton était-il un bon président ?

Ce site a été archivé le 16 octobre 2020 et ne sera plus mis à jour.

William Jefferson Clinton, connu sous le nom de Bill Clinton, a été le 42e président des États-Unis du 20 janvier 1993 au 19 janvier 2001.

Ses partisans soutiennent que sous sa présidence, les États-Unis ont bénéficié des taux de chômage et d'inflation les plus bas de l'histoire récente, d'un nombre élevé d'accession à la propriété, d'un faible taux de criminalité et d'un excédent budgétaire. Ils lui attribuent le mérite d'avoir éliminé le déficit fédéral et d'avoir réformé l'aide sociale, malgré le fait qu'il ait été contraint de traiter avec un Congrès contrôlé par les républicains.

Ses adversaires disent que Clinton ne peut pas s'attribuer le mérite de la prospérité économique vécue pendant sa présidence en proie à des scandales, car elle était le résultat d'autres facteurs. En fait, ils blâment ses politiques pour la crise financière qui a commencé en 2007. Ils soulignent sa destitution par le Congrès et son échec à adopter la couverture universelle des soins de santé comme une preuve supplémentaire qu'il n'était pas un bon président. En savoir plus contexte…

Arguments pour et contre

Pro 1

Personnage:

Clinton était profondément religieux dès son plus jeune âge et fréquentait régulièrement une église baptiste à l'âge adulte. Il a dit un jour : « La foi religieuse m'a permis de croire en la possibilité continue de devenir une meilleure personne chaque jour, de croire en la recherche d'une intégrité totale dans la vie. » Les problèmes conjugaux privés de Clinton n'avaient aucun rapport. à sa capacité à gouverner les États-Unis. Même après l'annonce de sa liaison avec la stagiaire de la Maison Blanche Monica Lewinsky au début de 1998, son taux d'approbation était de 63 % selon un sondage du Washington Post. [7]

Lire la suite

Pro 2

La criminalité:

Le taux de criminalité a chuté chaque année depuis que Clinton était président et était à son plus bas niveau en 26 ans à la fin de ses deux mandats. Il a obtenu un financement pour 100 000 nouveaux policiers dans tout le pays. Il a signé le Brady Bill de 1993 exigeant une période d'attente et une vérification des antécédents pour acheter des armes de poing. Clinton’s 1994 Crime Bill comprenait une interdiction des armes d'assaut, et il y avait une baisse de 40 pour cent de la criminalité par arme à feu en 2001. [8]

Lire la suite

Pro 3

La défense:

Clinton a présidé à une modernisation de l'armée américaine qui a conduit à une préparation et à une efficacité accrues. Son administration s'est concentrée sur les armes de précision et l'utilisation de la technologie GPS (Global Positioning System). Le résultat de sa concentration était des dommages collatéraux inférieurs, des taux de pertes inférieurs et des communications avancées. Il a également augmenté le salaire et les avantages du personnel militaire. [9] [10]

Lire la suite

Pro 4

Économie:

Les États-Unis sont passés du déficit budgétaire le plus important de l'histoire américaine (290 milliards de dollars) en 1992 lorsque Clinton a été élu à un excédent budgétaire de 127 milliards de dollars lorsqu'il a quitté ses fonctions en 2001. 22,5 millions de nouveaux emplois ont été créés et le chômage est passé de 7,5% lorsque Clinton a pris ses fonctions à 4,0% à la fin de son deuxième mandat, le plus bas en 30 ans. Le taux de pauvreté est tombé à 11,8 % en 1999, ce qui était le plus bas depuis 1979. [2] [11]

Lire la suite

Pro 5

Éducation:

Le programme Clinton’s Goals 2000 a distribué deux milliards de dollars entre 1994 et 1999 pour établir des normes uniformes dans les écoles américaines. Sa loi de 1994 sur l'amélioration des écoles de l'Amérique (IASA) a reçu le soutien des républicains et des démocrates ainsi que des communautés de l'éducation et des affaires. L'IASA exigeait que les normes et la responsabilité soient les mêmes pour les étudiants économiquement défavorisés que pour les autres étudiants. [12]

Lire la suite

Pro 6

Environnement:

Les politiques pro-environnementales de Clinton comprenaient la préservation de 4,6 millions d'acres de terres dans les monuments nationaux, le renforcement de la Safe Drinking Water Act et l'adoption de normes plus strictes en matière d'émissions et d'efficacité énergétique. Les communautés de plus de 44 millions d'Américains ont été élevées aux normes d'air pur pendant sa présidence. L'Environmental Protection Agency et le ministère de la Justice ont poursuivi 241 crimes liés à l'environnement en 1999, soit plus du double qu'en 1992, l'année précédant l'entrée en fonction de Clinton. [13]

Lire la suite

Pro 7

Police étrangère:

Clinton a joué un rôle déterminant dans le processus de paix en Irlande du Nord, qui a abouti à l'Accord du Vendredi Saint de 1998. [14] Il a aidé à amener les anciennes nations soviétiques à abandonner leurs arsenaux nucléaires et à améliorer leur contrôle des matières nucléaires. [15] Clinton a travaillé avec l'OTAN, une alliance militaire entre l'Europe et l'Amérique du Nord, pour bombarder la Serbie afin de mettre fin à la campagne de nettoyage ethnique de Slobodan Milosevic. Clinton a ensuite envoyé 20 000 soldats américains pour imposer la paix dans la région, une mission sans aucune victime américaine. [16] Il a presque orchestré un accord de paix israélo-palestinien historique à Camp David en 2001.

Lire la suite

Pro 8

Santé:

Clinton a cherché à attirer l'attention et l'action sur la lutte contre le VIH/SIDA. Le financement des programmes liés au sida a augmenté de 150 pour cent pendant sa présidence, et il a été un chef de file dans le développement d'initiatives internationales pour rechercher un vaccin. [17] Il a signé la loi de 1996 sur la protection de la santé des nouveau-nés et des mères, permettant aux femmes de rester à l'hôpital pendant 48 à 96 heures après l'accouchement au lieu d'être expulsées en moins de 24 heures. [18]

Lire la suite

Pro 9

Technologie scientifique:

Les instructions de Clinton à la NASA en 1993 ont conduit à des gains de productivité et à une réduction des frais généraux pour le programme de la Station spatiale internationale, ainsi qu'à une meilleure relation de recherche avec la Russie. [19] Clinton s'est battue pour combler la « fracture numérique », une inégalité d'accès à la technologie qui rendrait les pauvres encore plus défavorisés en matière d'éducation et d'opportunités d'emploi. Ses politiques ont aidé les écoles et les bibliothèques à introduire des ordinateurs et Internet à des personnes qui n'y auraient pas eu accès autrement. [20]

Lire la suite

Pro 10

Politique sociale:

En 1996, Clinton a tenu sa promesse électorale de réformer l'aide sociale en créant de nouvelles règles exigeant que les bénéficiaires travaillent dans les deux ans suivant l'obtention des prestations et limitant le temps que la plupart des gens pouvaient passer à l'aide sociale à cinq ans. [21] Comme preuve que la réforme a réussi, 10 ans après qu'il a signé la Loi sur la Réconciliation de la Responsabilité Personnelle et des Opportunités de Travail, les rôles d'aide sociale étaient passés de 12,2 millions à 4,5 millions. [22]

Lire la suite

Pro 11

Impôts :

Le déficit national de 290 milliards de dollars de 1992 est devenu un excédent de 124 milliards de dollars en 1999 parce que l'Omnibus Budget Reconciliation Act de 1993 de Clinton a augmenté les impôts sur le taux de revenu le plus élevé de 28 % à 39,6 %, augmentant ainsi les recettes fiscales. [23] [24] Tout comme le boom économique des années 1980 a suivi une augmentation des impôts par Reagan, l'économie s'est également améliorée après que Clinton a augmenté les impôts en 1993. [25] Il a également limité la capacité des entreprises à réclamer des déductions pour les dépenses de divertissement. [26]

Lire la suite

Pro 12

Autre:

Clinton était conscient de la menace d'Al-Qaïda et a autorisé la CIA à tuer Oussama ben Laden. Il a cherché à traquer Ben Laden après l'attaque du 12 octobre 2000 sur l'USS Cole, mais la CIA et le FBI ont refusé de certifier l'implication de Ben Laden dans l'acte terroriste. « Je me suis rapproché de le tuer plus que quiconque depuis », a déclaré Clinton dans une interview du 24 septembre 2006 avec Chris Wallace. [27]

Lire la suite

Con 1

Personnage:

Des scandales constants ont détourné Clinton de la gestion du pays. Lorsque Paula Jones a poursuivi Clinton pour harcèlement sexuel, il est devenu le premier président en exercice à témoigner devant un grand jury enquêtant sur sa propre conduite. [3] Une liaison avec la stagiaire de la Maison Blanche Monica Lewinsky a abouti à la destitution de Clinton par la Chambre des représentants le 19 décembre 1998 pour parjure et entrave à la justice. Le seul autre président de l'histoire des États-Unis à avoir été destitué était Andrew Johnson en 1868. [4] Certains accusent les manquements moraux de Clinton d'avoir privé de leurs droits les membres du Parti démocrate et les indépendants et d'avoir fait perdre à Al Gore l'élection présidentielle de 2000. [28]

Lire la suite

Con 2

La criminalité:

Le nombre de prisonniers fédéraux a doublé sous Clinton, et 58% d'entre eux purgeaient une peine pour des infractions liées à la drogue. Les ressources étaient orientées vers l'incarcération plutôt que vers la réadaptation ou la prévention du crime. [29] Le projet de loi sur le crime de 1994 de Clinton était rempli de « dépenses de porc » qui ont distribué 10 milliards de dollars aux États et aux groupes d'intérêts spéciaux. [30]

Lire la suite

Con 3

La défense:

Clinton n'a pas été en mesure de tenir sa promesse électorale d'abroger l'interdiction faite aux homosexuels de servir dans l'armée. Confronté à une forte opposition des conservateurs au début de sa présidence, Clinton a opté pour une politique de compromis appelée « ne demandez pas, ne dites pas », qui a permis aux homosexuels de servir dans l'armée s'ils ne révélaient pas leurs relations sexuelles. orientation. Ni les conservateurs ni les libéraux n'étaient satisfaits du résultat. [24]

Lire la suite

Con 4

Économie:

Clinton obtient trop de crédit pour la bonne économie des années 1990, qui était déjà en croissance lorsqu'il a pris ses fonctions. Le Congrès contrôlé par les républicains a contribué à améliorer l'économie en exerçant des restrictions budgétaires. [31] L'échec de Clinton à réguler les marchés des services financiers a permis les mauvais prêts et les escroqueries à Wall Street qui ont conduit à la crise bancaire de 2007. [32]

Lire la suite

Con 5

Éducation:

Le programme des Objectifs 2000 de Clinton n'a pas assuré une qualité uniforme des normes entre tous les États, car il a compromis la surveillance pour faire adopter le programme. L'impact a donc varié d'un État à l'autre et Clinton n'a jamais atteint son objectif d'égaliser les normes d'éducation et d'améliorer les résultats pour tous les élèves. En 2000, six ans après la mise en œuvre de l'IASA, seuls 17 États étaient en pleine conformité avec les normes. [12]

Lire la suite

Con 6

Environnement:

Clinton a adopté l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) malgré le fait qu'il a échangé des normes environnementales inférieures contre un libre-échange accru. [33] NAFTA resulted in more air pollution on the US/Mexico border, which experts estimated would cost $15 billion to clean up. [34] Clinton also signed a 1995 measure to allow logging in national forests which suspended environmental laws protecting those forests. [35]

Lire la suite

Con 7

Foreign Policy:

A year after 18 American troops were killed in a failed 1993 mission to capture a warlord in Somalia, Clinton was hesitant to take action to stop a genocide in Rwanda. While he failed to act, more than half a million Tutsis were murdered. Critics accused Clinton of appeasement when he gave China Most Favored Nation (MFN) status despite their terrible human rights record and when he granted North Korea concessions in exchange for a promise to discontinue their nuclear weapons program. [36]

Lire la suite

Con 8

Health:

Health care reform was Clinton’s major goal when he took office but his administration was ill-prepared for such a large task and made several missteps. Republican opposition was insurmountable and Senate Majority Leader George Mitchell (D-ME) declared on Sep. 26, 1994 that Clinton’s plan would never pass. The failure is considered the biggest of his administration in part because it led to the Republicans regaining control of Congress in the next election but also because he expended a lot of political capital without getting anything in return. [24] [37] [38]

Lire la suite

Con 9

Science / Technology:

Clinton cut NASA’s budget by $715 million in 1995 (about 5%) and did not restore the bulk of the money until three months before he left office. The result was a space program struggling to operate with less money for most of Clinton’s time in office. Some blame the 2003 Space Shuttle Columbia explosion on Clinton’s decision to slash NASA’s budget by an aggregate of $56 million over his presidency. [39]

Lire la suite

Con 10

Social Policy:

Clinton neglected to take to steps to restructure Social Security and Medicare. In anticipation of the upcoming Baby Boom generation retiring and drawing heavily on those social services, Clinton should have worked to secure those programs. In a June 20, 2004 interview with 60 Minutes, he admitted “I’m sorry on the home front that we didn’t get healthcare and that we didn’t reform Social Security.” [40] [41]

Lire la suite

Con 11

Taxes:

The Omnibus Budget Reconciliation Act of 1993 increased the gasoline tax by 4.3 cents per gallon, which directly impacted the middle class. [42] The 1993 tax hikes cannot be credited with the economic boom of the 1990s: it was after the Republican Congress passed tax cuts in 1997 that the economy really became stronger and the budget was balanced. [43] Clinton designed his tax plans to place an unfair burden on the wealthy, punishing the most productive members of the US economy while cutting taxes for the least productive. [44]

Lire la suite

Con 12

Other:

Clinton failed to deal with the threat of Osama bin Laden, whose terrorist acts escalated and culminated in the Sep. 11, 2001 attacks that killed 2,973 people. Clinton was too distracted by scandals such as the threat of impeachment to take action against Al Qaeda. [45] A former CIA station chief in Pakistan said Clinton ordered the CIA to capture bin Laden alive, which resulted in a missed opportunity to kill him at an al-Qaida training camp in 2000. [46]

Lire la suite

Where’s the beef?

Meat is problematic, not only for our health but also for the planet’s. Animal agriculture is one of the leading causes of the world’s most pressing environmental issues, accounting for 18 percent of the world’s greenhouse gas emissions. That’s the equivalent of the emissions from every car, train, plane and ship on Earth.

In the U.S., industrialized livestock drive deforestation and greenhouse gas emissions, which fuel climate change. The Intergovernmental Panel on Climate Change outlined these problems and more this summer, in its special report on climate change and land use. Unless we transform our food systems, which includes animal agricultural practices and changes in diet, we’re primed for an even warmer world, which, in turn, will bring more droughts, wildfires, insect outbreaks and extreme weather events.

The good news is that carbon’s carbon, no matter the source. Any step you can take to reduce CO2 — from limiting air travel to installing solar panels — helps fight climate change. Cutting out or your reducing your consumption of meat is something that almost anyone can do. This small switch can make a big impact.

“Unlike other complex solutions, food is so simple,” said Dotsie Bausch on an Earth Day Network press call this month. “Each and every one of us has the power to make a positive impact three or more times a day, with every food choice we make.”

According to Project Drawdown, transitioning to plant-rich diet is the number four solution out of 100 to reducing total atmospheric CO2 (reducing food waste — another thing we can each do individually — is number three). Simply substituting one meal of chicken a week for vegetables and grains would be the same as taking more than half a million U.S. cars of the road, according to the Environmental Defense Fund.


26 Celebrities You Didn't Know Were Vegan

Food fads come and go, but veganism is here to stay. For some vegan celebrities, not using or eating animal products is a simple way to look and feel healthier. For others, it's a philosophy that goes far beyond how they fuel their insides and what they wear on their outsides.

Whatever the reason, committing 100 percent to a vegan lifestyle is no easy feat (even a few people on our list admit to being occasional "cheagans") and many famous people have tried and failed. Those celebs include the likes of Kristen Bell, Usher, Dax Shepard, Lea Michele, Ellen DeGeneres, Anne Hathaway and, yes, even Beyoncé et Jay Z.

But we're not here to shame anyone. Whether going vegan for a couple of months to shed a few pounds or for a lifetime to battle the environmental ramifications of industrial farming, we applaud the following vegan celebrities for living their best vegan lives.

Shutterstock/Denis Makarenko

Pour Jessica Chastain, veganism is a family affair. Chastain's mother is a vegan chef, but Chastain didn't make the switch to veganism from vegetarianism until 2007. At the time, Chastain was battling high cholesterol and fatigue. She decided to give veganism a shot when a friend couldn't finish the food from her two-week vegan delivery program.

"I used it and immediately I just had more energy than I ever had in my life," she told W. Chastain may have converted for physical reasons, but she embraces the ethical aspects as well. "I don't want to torture anything," she says. "It's about trying to live a life where I'm not contributing to the cruelty in the world."

Shutterstock

Miley Cyrus chose to become a vegan in 2014. The singer-actress spoke about her passion for sustainable fashion during last year's Met Gala. "For me, I want to bring a message which is veganism, and that there doesn't have to be torture in fabulous fashion," she told Vogue. When Cyrus tied the knot with beau Liam Hemsworth in December 2018, the menu was a southern feast including vegan mac and cheese and vegan fried chicken.

Shutterstock/JStone

Liam Hemsworth followed Cyrus's lead, adopting a vegan lifestyle in 2015. "For my own health, and after all the information I gathered about the mistreatment of animals, I couldn't continue to eat meat," Hemsworth told Men's Fitness. While his lady love no doubt played a role in Hemsworth's awakening, he actually credits pal and Hunger Games co-star Woody Harrelson (among others) for the change.

Shutterstock

In 2016, the former Suits star told Best Health she's a part-time vegan. "I try to eat vegan during the week and then have a little bit more flexibility with what I dig into on the weekends," she said.

Meghan Markle continues to follow her pre-Harry diet since becoming an official member of the royal family — and that's no easy feat in the land of meat and pudding. The Duchess of Sussex even plans to use vegan paint to coat the walls of the nursery for her and Prince Harry's first child, reports The Sun. You'll also want to learn the other 15 Ways Meghan Keeps That "Markle Sparkle."

Shutterstock

Ariana Grande is famous for her chart-topping hits and wild romances, but this Italian girl gave up meat and cheese in 2013 and hasn't looked back. "I love animals more than I love most people, not kidding," she told Mirror.co.uk. "But I am a firm believer in eating a full plant-based, whole-food diet that expands your life length and can make you an all-around happier person."

Shutterstock/DFree

That'll do, Pig. That'll do. James Cromwell played the ax-wielding, duck-killing Farmer Hoggett in bébé. The experience of working alongside his furry and feathered co-stars had a profound effect on the longtime vegetarian's outlook, prompting him to take the leap to veganism.

"I cared about their welfare and then, of course, you have lunch, and it's all out there in front of you, and I thought I should go the whole hog, so to speak," he said in an interview with TakePart. Cromwell later joined forces with PETA and was arrested in 2017 during a protest against the treatment of orcas at Sea World.

Shutterstock/Denis Makarenko

Joaquin Phoenix and his five siblings were all raised vegan. "I was three years old — to this day it is a vivid memory," he told DNA India. "My family and I were on a boat, catching fish. As one fish was caught, he was writhing, then he was thrown against the side of the boat. You couldn't disguise what it was. This was what we did to animals to eat them. The animal went from a living, vibrant creature fighting for life to a violent death. I recognized it, as did my brothers and sisters."

Phoenix has narrated two documentaries for Nation Earth and is a member and active campaigner for PETA and In Defense of Animals. Most recently, Phoenix gathered with lawmakers and other animal-rights activists at Los Angeles City Hall to announce statewide legislation to ban traveling wild-animal exhibitions.

Shutterstock/Andrea Rafflin

Fans know Woody Harrelson used to be a big fan of "herbs," but the Hunger Games star has also been a vegan for three decades. The Oscar-nominated Harrelson gave up dairy to improve his skin, and the results were eye opening. "So, I started thinking to myself, jeez, I've always been told 'milk does a body good,'" he told Écuyer.

"It's a fundamental thing. So, from there, it was like, what else are they lying about?" Harrelson is an ethical vegan which means he doesn't rely on animals for anything. Harrelson is also the co-owner of Sage, the world's first organic vegan beer garden in Culver City, California.

Shutterstock/Kathy Hutchins

Director-writer-actress Ava DuVernay was named one of PETA's Most Beautiful Vegan Celebrities of 2018. For DuVernay, whose directing credits include 13th et Selma, veganism isn't just about healthy eating, animal rights, or the environment. She took to Twitter to point out it's also a matter of social injustice and food access (or lack thereof). "Like many food trends that seem new, black veganism has historic roots," DuVernay tweeted. PETA praised DuVernay 'for saving animals not only by going vegan but by sharing her commitment with the world.'

Featureflash Photo Agency/Shutterstock

James Cameron, director of blockbuster hits Avatar et Titanic, became a vegan six years ago. Cameron and his wife, Suzi Amis Cameron, co-executive produced Game Changers, a documentary demonstrating the benefits of going vegan. The 2018 Sundance entry demonstrates how a plant-based diet benefits athletes, weightlifters, and bodybuilders. Always outspoken, Cameron doesn't mince words when it comes to eating meat. "It's not only killing us, it's killing the planet," Cameron told Deadline. "The environmental impacts are enormous."

Shutterstock/BAKOUNINE

The Canadian-born actress was thrust into the spotlight after her star-making turn in the film Juno. Ellen Page has continued to act, but she's also used her fame as a platform to turn the light on issues she is passionate about. She's a self-proclaimed pro-choice feminist, an atheist, and among many other things, a vegan.

Page is very vocal on social media about her politics and personal passions. "Why are vegans made fun of while the inhumane factory farming process regards animals and the natural world merely as commodities to be exploited for profit?" she tweeted.

Shutterstock/A Katz

Le Orange Is the New Black star announced she was a vegan on Twitter in 2017, writing it was the "best thing ever!" Laverne Cox, the first trans woman to be nominated for a Primetime Emmy, partnered with ORLY to develop a vegan nail polish line named Celebrate Yourself. The LGBT advocate isn't the only vegan cast member of the popular Netflix series. Cox's co-stars Ruby Rose et Danielle Brooks are also enthusiastic plant-based eaters.

Shutterstock/Dana Gardner

After tennis phenom Venus Williams was diagnosed with the autoimmune disease Sjogren's Syndrome in 2011 (she was forced to withdraw from the U.S. Open because of her symptoms), she made drastic changes to her diet to help her return to the court. Not only did Williams eliminate animal products, she stopped eating foods cooked above 118 degrees Fahrenheit.

But even world-class athletes have moments of weakness, and sometimes, celery root soup isn't enough. "If it's on your plate, I might get to cheat," Williams said, according to États-Unis aujourd'hui. "If you're sitting next to me, good luck. You turn your head once and your food might be gone."

Shutterstock

PETA also crowned Benedict Cumberbatch one of the Most Beautiful Vegan Celebrities of 2018. During the press tour for Avengers: Infinity War, Cumberbatch spoke about his veganism in multiple interviews.

When a reporter for Time Out London asked the actor if he had to eat anything "gross" like "egg whites" to meet the physical demands of playing Dr. Strange, Cumberbatch replied, "No, no — well, I eat a plant-based diet." In 2016, Cumberbatch appeared on the cover of British GQ wearing vegan boots and a suit from Brave GentleMan — the world's first all-vegan luxury menswear store.

Shutterstock/Tinseltown

Country songstress Carrie Underwood became a vegetarian at the age of 13 after witnessing the slaughter of animals firsthand on her parents' farm. Underwood made the commitment to veganism in 2011, but she has been known to cheat. Underwood considers herself a "practical vegan." "The vegan thing is something I try to do my best on because it's a cheesy world out there," she told Women's Health.

Shutterstock/DFree

Durant Ellen Pompeo's annual visit to Dr. Kristi Funk, founder of the Pink Lotus Breast Center in Beverly Hills, Pompeo and the physician got to chatting about Funk's book, Breasts: The Owner's Manual. Armed with information from Funk, Pompeo left the appointment determined to put herself and her family on a vegan diet.

Pompeo told Gens the change has been "super fun," and that preparing vegan meals is actually easier than cooking meat which has a shorter shelf life. "You just have to get the vegetables, but vegetables stay good for a week — and I think we all feel better."

Shutterstock/Featureflash Photo

Le Trône de Fer Star Peter Dinklage had been a vegetarian since childhood. With the abundance of vegan options available, Dinklage found transitioning into veganism a few years ago to be an easy adjustment. "There are so many more organic markets, soy markets, restaurants," he said in an interview with PETA. "That's the funny thing. People think it's more expensive and harder to find, but it is truly less expensive and very easy to find." Dinklage is also an ambassador for Cruelty Free International which works to end animal testing worldwide.

Denis Makarenko / Shutterstock

Natalie Portman became a vegan in 2009 after reading Johnathan Safran Foer's book Eating Animals. Portman also co-produced and narrated a documentary based on Foer's work which was released in June 2018. At the New York City premiere, Portman explained to members of the press her shift from vegetarian to vegan.

"I think until then, I had thought, 'Oh, with eggs and dairy you're not killing animals," she told Vanity Fair. "It's just their natural byproducts. But when I started learning about the conditions — and the environmental effects of all these animals and the impact on humans of having large groups of sick animals together, it really made me want to change immediately."

Shutterstock/Nikola Spasenoski

When it comes to eating meat, Erykah Badu steers clear. The singer-songwriter became a vegan in 2006. In an interview with VegNews, Badu addressed the misconception that veganism is an elitist white lifestyle. "I mean we — black people, poor people — we've not really been introduced to the injustices behind what we eat." Badu and her ex-boyfriend, Commun, appear together in the documentary Holistic Wellness for the Hip Hop Generation. The film conveys the dangers of consuming low-quality food.

Shutterstock/Tinseltown

Jared Leto may play bad guys on the big screen, but he's all about clean living when it comes to his day-to-day life. Leto's been a vegan since his early 20s. But the handsome actor-rocker has been known to bend the rules a bit. "I'm a cheagan, a cheating vegan," he told Rolling Stone. "I don't eat meat ever. But if someone's mom made a cookie and handed it to me, I'd probably take a bite, or if I'm in Alaska, and there's wild salmon out of the river, I'd probably eat it."

Shutterstock/Kathy Hutchins

Jenna Dewan's fierce bod isn't just the result of years of killer choreography. Dewan told the L.A. Times she went cold-turkey vegetarian at a young age after seeing a TV program about slaughterhouses. Dewan was a vegetarian for 22 years before becoming a vegan in 2013.

"After going vegan, I felt so much better. My skin cleared up, I had a ton more energy and I just felt clearer in the head." Dewan appears in a PETA campaign covered only in body paint to call attention to all the snakes, crocodiles, lizards and alligators killed for their skins in the name of fashion. And for more on how some celebs get their fierce bods, check out What Celebrities with Perfect Bodies Do Every Day.

Shutterstock/Kathy Hutchins

The Big Bang Theory's Mayim Bialik's inspiration to change her dietary habits was Jonathan Safran Foer's book, Eating Animals. "It was really after that book that I had both the education and the confidence and the personal conviction to be able to say I don't know where to draw the line anymore, so I'm not going to draw it," she told One Green Planet. "I'm gonna step over the line and there's been no turning back."

Bialik put her recipes where her mouth is by writing her cookbook Mayim's Vegan Table. Bialik isn't the only star of the long-running CBS series who subscribes to a plant-based diet. Kaley Cuoco, Johnny Galecki, and recurring guest star Sara Gilbert faire aussi bien.

Shutterstock

Donald Trump isn't the only leader of the free world who has a hankering for junk food. Former President Bill Clinton loved meat whether it moo'd or squealed. But after a quadruple bypass in 2004 and angioplasty in 2010, Clinton decided it was time to make extreme changes to his diet.

During an interview with CNN in 2011, Clinton told Dr. Sanjay Gupta he no longer consumed meat, dairy, eggs, and hardly any oil. "I like the vegetables, the fruits, the beans, the stuff I eat now," he said. In 2014, the New York Times revealed Clinton reintegrated some lean proteins into his diet.

Shutterstock/Kathy Hutchins

Riverdale vixen Madelaine Petsch, who plays Cheryl Blossom, hasn't been tempted to stray from her vegan diet even once in her life. Petsch shared with Gens her 1,700 calorie a day meal plan, and while it may not include shakes from Pop's, the actor isn't depriving herself. Petsch even indulges in vegan banana ice cream for desert. "Being vegan keeps my body fueled and running smoothly," she said.

Shutterstock/Ga Fullner

Maggie Q was named one of Peta's Sexiest Vegan Celebrities of 2017 and believes going vegan is the best way to battle climate change.

"I know that when I'm eating … I'm not hurting the planet, I'm not hurting the people on this planet, I'm not hurting animals," she told PETA. And for more self-aware celebs, check out the 25 Celebrities Who Live in Surprisingly Modest Homes.

Shutterstock/Eugene Parciasepe

U.S. Senator Cory Booker from New Jersey became a vegetarian while playing college ball back in 1992. The transition to veganism was a gradual one, but Booker said his last non-vegan meal was on election night in 2014. Booker has no intention of foisting his beliefs on anyone else, but he does see a greater public awareness when it comes to animal cruelty.

"I want to continue to be a part of a movement of folks who are fighting against corporate interests that are undermining the public good and the public welfare," he told VegNews.


Barre latérale principale

About Me – Bill


I am Bill , the guy behind Fitness Tips for Life. My commitment is to help as many people as possible live a happier, healthier life. I want to help YOU!

I hope that you find everything that you are looking for on my site to lead you to your own health and fitness greatness.

If you have any questions at all please email me at bill @ fitnesstipsforlife.com

Derniers messages

100 Eating Tips For A Healthier Lifestyle

A total of about 100 eating tips for a healthier lifestyle. These are a giant list of simple and easy eating tips that can help you live healthier … [Read More. ] about 100 Eating Tips For A Healthier Lifestyle

Drinking Beer on a Diet

Is it possible for a dieter to drink beer without getting a beer belly? Good news: Yes (with the right low calorie beers)! Bad news: No you … [Read More. ] about Drinking Beer on a Diet

Alpha-M Fitness Tips – Learn from a Champ

I was told about this guy on YouTube called Alpha M a couple months back, his name is Aaron Marino but I love that he uses the name Alpha M as it … [Read More. ] about Alpha-M Fitness Tips – Learn from a Champ

Five Step Plan For Perfect Health

Almost everybody in the world wishes for greater health, vitality, and stamina. The problem is that very few people are willing to take the simple … [Read More. ] about Five Step Plan For Perfect Health


The Buddy Movie

Once back in the States, the two men became an item. The club had, in its sixty-year history, no precedent for this public display of affection. They greeted fans together at the Super Bowl in January and they played golf with Greg Norman in a rainy charity tournament in March the next day, Clinton checked himself into a New York hospital to remove scar tissue and fluid from around his left lung, and within hours his predecessor was on the phone checking up on him. How do you feel? What do your doctors say? Are you sore? How much can you exercise? Are you using your treadmill? Dr. Bush was back on the case a few weeks later when the White House asked 42 and 41 (as well as President Carter, who declined) to join Bush 43 on the Air Force One flight to Rome for the funeral of Pope John Paul II. The senior Bush told Clinton not to worry, the pace would be manageable and, besides, there would be a doctor on board at all times. When Clinton told his own skeptical physicians he was making an overseas trip so soon after major surgery, he explained that his friend in Maine said everything would be okay.

The rest of the Bush family looked on with amusement. Barbara Bush began referring to the two men as &ldquothe odd couple.&rdquo Jeb Bush, the Florida governor, announced that he was going to refer to Clinton as &ldquoBro.&rdquo And at the white-tie Gridiron Dinner in Washington that spring, Bush 43 joked about how Clinton, recovering from the March surgery, &ldquowoke up surrounded by his loved ones: Hillary, Chelsea . . . my Dad.&rdquo

Teaming up as they did in the middle of an ugly political era, the odd couple was a hit with the public. It had been a long time since Americans had actually seen politicians of different parties work together to achieve anything&mdashmuch less two presidents&mdashand then invite the rest of the country to join in the effort. Both men knew they were modeling an alternative method, in an age of partisan political cagefights. &ldquoI think people see George and me&rdquo Clinton observed, &ldquoand they say, &lsquoThat is the way our country ought to work.&rsquo&rdquo