Autre

Le produit phare de Macy's à New York obtient Trattoria, Gelato

Le produit phare de Macy's à New York obtient Trattoria, Gelato

Les deux arrivent au 6e étage du magasin récemment rénové

L'emplacement phare de Macy's à New York, situé sur la 34e Rue et la Sixième Avenue, a subi une transformation importante et controversée de 400 millions de dollars au cours de la dernière année. Dans le cadre de ce projet, les planificateurs ont décidé d'ouvrir de nouveaux restaurants au sixième étage du bâtiment, et deux d'entre eux ont été annoncés par communiqué de presse au cours de la semaine dernière.

La première sera une trattoria, dirigée par Patina Restaurant Group, qui s'appellera Stella 34. Elle se concentrera sur la cuisine napolitaine traditionnelle, y compris des pizzas de style authentique, des antipasti, des pâtes faites maison et des entrées cuites dans l'un de leurs trois bois. fours brûlants. Jonathan Benno, mieux connu comme chef au Lincoln Ristorante, a aidé à superviser le menu, et le chef du restaurant sera Jarett Appell, qui a travaillé dans des cuisines dans toute l'Italie, y compris dans une pizzeria à Naples. Le restaurant ouvrira dans le courant de la semaine prochaine.

Le premier emplacement en dehors de Florence de Gelateria Vivoli est également en préparation, qui a ouvert ses portes à Florence dans les années 1930 et a longtemps été considéré comme l'un des meilleurs de la ville. La boutique vendra neuf gelati (dans des saveurs telles que crème pâtissière, riz au lait, noisette et miel) et trois sorbettis sans produits laitiers (les saveurs incluront l'ananas, la poire et la mandarine). Les saveurs proposées alterneront régulièrement.

Rejoindre ces deux établissements est la zone de vente à emporter Cibi Ronda déjà ouverte, qui vend des pâtisseries, des sandwichs et des plats préparés. Les restaurants seront accessibles via un ascenseur direct situé à l'entrée du Macy's à Broadway et à la 35e rue.


Macy's s'apprête-t-il à tirer profit de son produit phare de Manhattan ?

Alors que la croissance de ses ventes et de ses bénéfices a été mise sous pression ces dernières années, Macy's (NYSE:M) s'intéresse davantage à la monétisation d'une partie de son vaste portefeuille immobilier. La société est en passe de dépasser ses prévisions de vente d'actifs au cours de l'exercice 2018, après avoir généré plus d'un milliard de dollars de ventes immobilières au cours des exercices 2016 et 2017, combinés.

L'atout le plus précieux de l'entreprise est de loin son magasin phare Herald Square à Manhattan. Dans le passé, la direction a parlé d'étudier des moyens de saisir davantage la valeur de cet immobilier, mais sans s'engager dans un plan définitif.

Cependant, un bail de bureau apparemment anodin que Macy's a récemment signé suggère qu'il pourrait être sur le point d'aller de l'avant avec un plan pour débloquer la valeur immobilière de son magasin phare.


OBTENIR LE WACOAL FIT CHEZ MACY'S

Dans le rayon lingerie de Macy à Herald Square, l'emblème Wacoal est bien en vue.

Des étagères sur des étagères de sous-vêtements délicats sont accrochées sous l'enseigne de la boutique qui a été l'une des premières créées aux États-Unis par l'entreprise de lingerie japonaise en mars dernier. La lingerie se décline principalement dans des tons pastel, est généralement en dentelle et transparente et, pour la plupart, n'est pas bon marché. Les prix varient de 20 $ à 34 $ pour un soutien-gorge et de 6,50 $ à 16 $ pour les slips et les bikinis. Et une vendeuse qui a reçu une formation spéciale sur la façon d'ajuster les vêtements de l'entreprise se tient prête à servir les clients.

Philomena Menta, la vendeuse et ajusteuse, dont le salaire est payé par Wacoal, explique que la différence entre ses produits et les autres réside autant dans le service rendu que dans le style des vêtements.

« Nous traitons les clients à un niveau beaucoup plus personnel », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle avait suivi une session de formation de deux jours qui comprenait l'apprentissage de l'histoire de l'entreprise. « La plupart des employés ne savent pas comment s'adapter aux femmes », a-t-elle déclaré. ''Ils vous demandent simplement votre taille et c'est tout. Nous travaillons sur une base différente et grâce à cela, nous sommes en mesure de constituer un flux de clients réguliers.''

Elle a déclaré que les prix des sous-vêtements n'étaient pas chers par rapport aux importations européennes. "Un soutien-gorge français, par exemple, coûterait beaucoup plus cher qu'un des nôtres", a-t-elle déclaré. Lorsque vous achetez un article Wacoal, ajoute-t-elle, « vous payez pour la dentelle et la broderie, pour le style européen avec une coupe américaine. »

Selon David Gustafson, vice-président de Wacoal America Inc., la division des États-Unis de la société, la boutique Macy se classe parmi ses 10 meilleures ventes. Sur les 90 boutiques américaines créées depuis mars, cependant, 'ɻloomingdale's est la meilleure situation que nous ayons à ce jour, a-t-il déclaré. ''Nous vendons en moyenne 3 000 $ à 4 000 $ par semaine dans le magasin de la 59e Rue.''


Le magasin phare de Macy's se refait une beauté de 400 millions de dollars

Par Verena Dobnik &bull Publié le 19 septembre 2012 &bull Mis à jour le 19 septembre 2012 à 7h40

Une cure de jouvence de 400 millions de dollars donne à l'emblématique magasin Macy's de New York un nouveau style élégant du 21e siècle.

Et certains conservateurs n'en sont pas contents. Ils voient la refonte du plus grand magasin d'Amérique comme la suppression des touches classiques des Beaux-Arts et de l'Art déco au profit de la dernière tendance en matière de design de vente au détail - quelque chose comme un magasin d'informatique Apple.

"Macy's a la fièvre Apple", a déclaré Theodore Grunewald, un activiste de la préservation de New York. « Tout le monde est jaloux d'Apple et pense que le secret du succès de l'entreprise réside dans ce beau et élégant vocabulaire de design minimaliste dont ils disposent. Mais il s'agit de protéger notre héritage.

Local

NY AG dévoile des réformes solides des lois sur le recours à la force par la police

« Head Lesbian », la chanteuse et féministe Alix Dobkin, décède à 80 ans

La reconstruction de Macy, qui sera achevée en 2015, ajoutera 100 000 pieds carrés aux 1,1 million de pieds carrés d'espace de vente au détail existant. Habillages en tissu du sol au plafond des zones en cours de rénovation. Mais certaines sections sont déjà terminées, dont le plus grand rayon de chaussures pour femmes au monde, qui propose 280 000 paires de chaussures, dont plusieurs milliers présentées dans des cadres blancs.

La porte-parole de Macy, Elina Kazan, a déclaré que le magasin serait un "endroit spectaculaire pour faire du shopping dans une destination emblématique de New York".

Environ 20 millions d'acheteurs visitent chaque année le magasin phare de Macy's, basé dans l'Ohio. Le bâtiment compte neuf étages d'espace de vente au détail et couvre presque tout un pâté de maisons, de West 34th Street à West 35th Street, entre Seventh Avenue et Broadway.

Il est surtout connu pour abriter le défilé annuel de Macy's Thanksgiving et comme le décor qui a inspiré le film de Noël bien-aimé de 1947, "Miracle on 34th Street".

Construit à l'origine en 1902 dans le style Beaux-Arts, il a été agrandi dans les années 1930 avec de nombreux détails Art déco. Le plus remarquable était un revêtement de marbre géométrique et jazzy, renfermant plus de 100 colonnes qui s'élèvent jusqu'au plafond.

Grunewald a déclaré que les colonnes seront désormais simplifiées, perdant le marbre et les garnitures ornementales qui donnent à l'espace "son pizazz".

Bien que Macy's soit inscrit au registre national des lieux historiques depuis 1978, il n'a pas reçu de désignation de point de repère, permettant à ses propriétaires d'apporter des modifications architecturales.

"J'ai été stupéfait qu'ils fassent cela, le faisant ressembler à partout ailleurs en Amérique alors qu'ils ont un petit trésor ici", a déclaré la préservationniste Christabel Gough de la Society for the Architecture of the City.

Les responsables de Macy ont déclaré qu'il était prématuré de comparer la rénovation à Apple car il s'agit toujours d'un travail en cours. Ils ont également déclaré que le plan ravivait en fait certaines des caractéristiques distinctives du bâtiment.

À l'origine, le rez-de-chaussée intérieur "était un grand hall de vente au détail, et Macy's nous a demandé de le ramener comme un grand espace", a déclaré Jay Valgora, architecte en chef de la rénovation. "Macy's nous a demandé de ramener la grandeur du magasin d'origine, et chaque fois qu'il y a un véritable tissu historique, de le restaurer."

De plus, l'entrée originale et ornée de la 34e rue sera de retour et d'immenses vieilles fenêtres repeintes ont été rouvertes, éclairant un nouveau café au chocolat et au champagne. Quarante-deux des escaliers mécaniques en bois d'origine du magasin resteront.

Valgora a déclaré que l'ancien et le nouveau Macy's "se compléteraient" dans le même lieu baigné de lumière.

"J'aime ça - à quel point c'est organisé et ouvert", a déclaré Rosie Pina, une enseignante de Manhattan. "Le changement est bon."

Brian Williams, un technicien d'un club de sport du Queens, a plaisanté : "Je suis un homme et je me fiche de ce à quoi ça ressemble quand je fais du shopping."

Mais se tenant près de la zone des bijoux près de piliers vieillissants de couleur crème et regardant une nouvelle section brillante et blanche comme neige, il a ajouté: "J'aime mieux les plus âgés – il fait plus chaud, plus à la maison."


Dernier miracle sur la 34e rue : Macy's garde les escaliers mécaniques en bois

Voici ce que vous pourriez faire dans le Manhattan des années 1920 et que vous ne pouvez pas faire aujourd'hui : regardez ce qui joue au Roxy ou qui joue au Polo Grounds. Achetez une paire de chaussures en alligator chez Franklin Simon ou voyez une paire d'alligators à l'Aquarium. Rencontrez votre conjoint - ou qui que ce soit - sous l'horloge à l'hôtel Biltmore.

Voici quelque chose que vous pouvez encore faire : Montez dans les escalators en bois de Macy's.

Macy's sort d'une rénovation de 400 millions de dollars sur quatre ans qui a ouvert et illuminé le magasin phare de Herald Square. Une entrée scellée sur la 34e rue a été récupérée. Autant de grandes baies vitrées au sixième étage, qui encadrent désormais la vue depuis la nouvelle Stella 34 Trattoria.

Mais l'impulsion de modernisation s'est arrêtée à 20 escalators Otis en chêne et en frêne qui ont régulièrement fait passer les acheteurs d'un étage à l'autre pendant 95 ans.

Bu-da-bumbum, ils y vont. Bu-da-bumbum, bu-da-bumbum, bu-da-bumbum.

« Quand je parlais aux gens de la rénovation », a déclaré Steven Derwoed, vice-président principal de la conception des magasins et du merchandising, « sans exception, la première chose qu'ils disaient était : « S'il vous plaît, dites-moi que vous gardez les escaliers mécaniques en bois. .'”

Image

Les passionnés de bois dur ont posté des dizaines de vidéos sur YouTube. Empruntant au vocabulaire des fans de rail, les admirateurs des escalators de Macy's ont décrit leur obsession affectueuse comme "handrailfanning".

(Par ailleurs, le meilleur endroit pour le handrailfanning est au sixième étage, où quatre escaliers mécaniques en bois - nos 54, 55, 64 et 65 - convergent à un palier. Les nombres pairs signifient "vers le bas", les nombres impairs signifient "vers le haut.")

M. Derwoed et Alan Westenberger, directeur des installations de Macy's Inc., ont déclaré qu'il n'avait jamais vraiment été question de remplacer les escaliers mécaniques.

"Ils sont emblématiques de notre marque", a déclaré M. Westenberger. « En fin de compte, ils fonctionnent efficacement, ils répondent à tous les codes nécessaires et ils sont fiables. »

La confirmation du deuxième point est venue dans une déclaration du service des bâtiments : « Ces escaliers mécaniques sont conformes aux exigences des codes de construction de la ville de New York pour les installations existantes. »

Pourtant, leur survie semble rien de moins que miraculeuse.

Entre 1920 et 1930, alors que Macy's s'étendait vers la Septième Avenue et modernisait son bâtiment de 1902, 40 escaliers mobiles de type L "Escalator" (une marque Otis à l'époque) ont été installés dans tout le magasin, a déclaré M. Westenberger. Dans les années 1990, 19 ont été modifiées avec des marches métalliques, conservant les parois latérales en chêne.

Les escalators non modifiés se distinguent par les crampons géants sur les marches des marches. Ils mesurent un demi-pouce de large. Les bandes de roulement – ​​crampons et tout – ont été fraisées à partir de morceaux de frêne, a déclaré M. Westenberger. Le frêne est un bois dur souvent utilisé pour les revêtements de sol.

Les crampons de remplacement peuvent être repérés par la présence de têtes de vis. Mais M. Westenberger a déclaré que certaines marches utilisées aujourd'hui sont d'origine, tout comme les parois latérales et certaines pièces mécaniques. La plupart des moteurs d'entraînement ont été changés.

L'étage principal de Macy's, vu depuis l'un des escalators.

Crédit. Benjamin Norman pour le New York Times

Un seul escalier mécanique de type L a été retiré. C'était lors de la récente rénovation, pour accueillir un magasin Coach au rez-de-chaussée, conçu par Shohei Shigematsu d'OMA.

M. Westenberger a déclaré que les travailleurs ont préservé les éléments récupérables comme les marches, les rouleaux, les mains courantes et les parois latérales. Avoir un stock de pièces de rechange peut faire la différence entre réparer un escalier mécanique en une journée et attendre jusqu'à trois semaines pour qu'une pièce de rechange soit fabriquée.

Les grands écarts entre les crampons ont longtemps rendu les escalators un peu risqués pour quiconque porte des talons hauts. Des autocollants jaunes « attention » avertissent du danger.

Les signes incitent également à prêter attention aux enfants, qui peuvent se heurter aux longues « plaques de peigne » en forme de dents d'où émergent les crampons et dans lesquels ils disparaissent.

Les premiers escaliers mécaniques Otis chez Macy's, en 1902, avaient des marches plates. Les escaliers mécaniques en bois, avec des marches à crampons, ont été installés entre 1920 et 1930, également par Otis. "Escalator" était encore une marque d'Otis à l'époque.

Crédit. Société d'ascenseurs Otis

Le 2 juillet 2010, Maxlee Tejada, 4 ans, a laissé tomber une bouteille d'eau sur un escalier roulant approchant du premier étage. Alors qu'il tentait de l'attraper, son petit doigt droit a été pris sous un peigne. Un employé de Macy's a arrêté l'escalier roulant, mais le doigt avait été sectionné. Une tentative de le rattacher chirurgicalement s'est avérée infructueuse.

Sa mère, Natalia Gell-Tejada, a poursuivi Macy's et deux sociétés responsables de l'entretien des escaliers mécaniques. Sa plainte pour négligence a été rejetée par la division d'appel de la Cour suprême de l'État en 2014.

Macy's et Mme Gell-Tejada sont parvenus à un règlement "à la satisfaction de toutes les parties", a déclaré Lawrence B. Saftler de Saftler & Bacher, un avocat qui représentait la famille. Il a dit qu'il était lié par un accord de confidentialité à ne pas divulguer les termes.

Sans commenter cet incident ou d'autres, Macy's a déclaré dans un communiqué : "Pour améliorer la sécurité, nous avons ajouté des interrupteurs à peigne, des brosses à jupe et des interrupteurs à jupe. Ces ajouts sont des améliorations des dispositifs de sécurité du fabricant d'origine. Des brosses à jupe courent le long des deux côtés de l'escalier mécanique, à peu près au niveau de la cheville, pour éloigner délicatement les parties du corps et les objets du mécanisme. La machine s'arrête automatiquement en cas de secousse soudaine.

En tant que l'un des rares opérateurs d'escaliers mécaniques en bois au monde, Macy's a partagé son expertise durement acquise avec Sydney Trains en Australie, qui possède des escaliers mécaniques en bois dans sa gare de Wynyard et ailleurs.


No.3 : Tasse Starbucks You Are Here de New York

Vous pouvez manquer un café chez Starbucks pendant que vous êtes à New York, et pendant que vous y êtes, vous pouvez également acheter l'un de nos souvenirs de collection préférés de New York.

Le Starbucks new-yorkais Tu es là agresser.

Starbucks Union Square est situé au 10 Union Square E, New York, NY 10003.

Mais il y a un Starbucks à Manhattan à presque tous les coins de rue, du moins il me semble !


Naples

Je suis venu ici pour dîner pour célébrer un anniversaire récemment et j'ai passé une soirée incroyable.

Tout d'abord, la nourriture était délicieuse! Les calamars étaient frais et croustillants et se mariaient très bien avec la salade Napoli. Mon rendez-vous et moi avons partagé les lasagnes pour 2 et une bouteille de vin à un prix raisonnable pour Herald Square.

Le service était excellent, notre serveuse était super attentionnée et très sympathique. Nous avons eu un petit incident avec notre plat d'accompagnement qui s'est mal passé mais le directeur, Shari, a rapidement sorti le bon plat. Nous avions laissé une note sur opentable que nous fêtions un anniversaire mais n'avons jamais rien mentionné une fois arrivés au restaurant.

Effectivement, après le dîner, le directeur était venu nous apporter un dessert et m'a souhaité un joyeux anniversaire.

Excellent service et bonne nourriture. J'ai hâte d'y retourner !

Les autres verront comment vous votez !

  • Marisol Z.
  • Parc de Monterey, Californie
  • 1 ami
  • 9 Commentaires
  • 14 Photos

Je suis allé faire du shopping et j'ai pris un merveilleux repas ici. Ma fille et moi avons partagé une salade Napoli et le risotto aux crevettes et artichauts. C'était un repas à partager parfait et nous étions tous les deux très satisfaits.

Les autres verront comment vous votez !

J'ai vraiment aimé cet endroit pour son emplacement idéal (6e étage du centre-ville de Macy & 39s), son ambiance lumineuse et propre et son coût relativement modeste. La nourriture était sacrément savoureuse, sinon si créative (voir ci-dessous). Le seul bémol est que le service était un peu lent, même si notre serveur était charmant. Dans l'ensemble, un excellent choix un vendredi soir chargé lorsque de nombreuses autres options sont réservées.

Nous avons commencé par la salade Napoli, qui était délicieuse, séparable et chargée de prosciutto. Nous avons également essayé l'apéritif au saumon fumé, qui nous a semblé petit et pas très intéressant. Nos entrées étaient l'osso bucco à l'agneau (!), très bon mais la purée de légumes qui l'accompagnait sortait comme une soupe et l'aubergine, qui était cuite à la perfection, mais avec une sauce tomate tout à fait inintéressante.

Pour le dessert, nous avons eu une glace au chocolat et aux noisettes (la noisette était meilleure), et le tiramisu.

Malheureusement, nous avons dû attendre environ 15 minutes pour que nos cocktails arrivent après la commande, et il y a eu une pause relativement longue entre les entrées et les entrées. Mais mon serveur était souriant et joyeux partout, ce qui a ajouté quelque chose au repas.

J'y retournerais certainement.

Les autres verront comment vous votez !

  • Irritant C.
  • Quezon City, Philippines
  • 60 copains
  • 2 Commentaires
  • 5 Photos

C'est l'un de ces restaurants qui vous étonnerait avec la vue parfaite, l'ambiance et la nourriture digne d'Instagram.
Mais ce n'est pas tout la nourriture ici est addictive
Leur salade Napoli est à essayer absolument!
Les Pâtes Paccheri vous donneraient envie de plus à chaque fois et enfin la Torta Nocciola bien c'est une bouchée pour moi mais en gros c'est un gâteau aux noisettes qui n'est rien de moins que le parfait dessert au chocolat ! C'est quelque chose que vous devriez commander lorsque vous y allez, même pour un simple café, commandez le dessert par mesure de sécurité!
J'adore vraiment manger ici
Mérite vraiment un 5 étoiles

Les autres verront comment vous votez !

  • Yolande T.
  • Trenton, New Jersey
  • 61 copains
  • 28 Commentaires
  • 49 Photos

Beau restaurant au design contemporain au 6ème étage de Macy & 39s à Herald Square. Tout blanc, hauts plafonds et fenêtres pour une vue magnifique pendant que vous mangez. La nourriture était divine. Mon mari et moi sommes allés déjeuner pendant la semaine des restaurants de New York. Il a commandé le menu à 3 plats à prix fixe et j'ai commandé à la carte. J'ai eu l'apéritif de boulettes de veau et la salade Napoli - c'était la bombe diggity! La nourriture délicieuse, associée à un service exceptionnel et à des prix très raisonnables à New York, en a fait une expérience formidable. Je serai de retour pour toi Stella !

Les autres verront comment vous votez !

  • Betsy B.
  • Tucson, Arizona
  • 68 copains
  • 592 Commentaires
  • 1126 Photos
  • Élite '21

Nous sommes allés dîner ici car c'était près du Madison Square Garden mais ça vaut quand même le détour. Le restaurant est au 6ème étage de Macy's mais ne ressemble pas à un restaurant de grand magasin. Il y a une belle vue sur l'Empire State Building par la fenêtre et le restaurant est lumineux à l'intérieur. J'ai eu la salade Napoli pour commencer et c'était vraiment exceptionnel. Pour le dîner, j'ai eu le tortolli qui était comme des pâtes penne avec de l'agneau à l'intérieur. Les desserts que nous avons partagés (4 d'entre nous) et tous étaient merveilleux. Le service était très bon et j'y retournerais sans hésiter.

Les autres verront comment vous votez !

Je ne savais pas que je pouvais avoir des envies de leur Paccheri Napolitana un jour après avoir bu la veille!

Je suis allé deux fois à Stella 34 Trattoria pour essayer leurs calamars, leur soupe au poulet, la salade Napoli et Paccheri Napolitana. La texture douce de la viande du Paccheri Napolitana avec la bonne quantité de crémeux, de salé et de sucré, combinée aux portions copieuses de pâtes, laissera des envies aléatoires comme celle que j'ai aujourd'hui. De plus, je recommande leur soupe au poulet et suivie d'une assiette de calamars extra-croustillants bien que la salade Napoli contienne un peu trop de viande salée pour ma préférence personnelle.

Dans l'ensemble, j'y retournerais sans hésiter pour essayer d'autres plats avec le Paccheri Napolitana.

Les autres verront comment vous votez !

  • Fran H.
  • Bayside, New York
  • 27 copains
  • 121 Commentaires
  • 798 Photos

J'adore ce refuge au 6ème étage de Macy & 39s. Ouvert, aéré et invitant avec d'immenses fenêtres donnant sur la 6e Ave.
Le déjeuner d'aujourd'hui a commencé avec des calamars frits avec une sauce rouge délicate, des boulettes de veau. Tous de délicieux apéritifs.
Pour le déjeuner, j'ai eu la salade Napoli avec du salami, des fromages, des légumes verts délicats et des olives. La meilleure salade que j'ai eue depuis longtemps. Mon mari a eu le spécial pour aujourd'hui des crabes à carapace molle frits sur un risotto aux asperges. Notre ami a pris le sandwich aux boulettes de viande avec des frites.
Tout le monde a adoré sa nourriture. J'ai hâte d'y retourner.

Les autres verront comment vous votez !

Cette salle à manger est assez jolie, la lumière ruisselle tout autour. C'est un régal après avoir fait du shopping pendant un certain temps. La nourriture était mélangée. La pizza napolitaine n'était pas aussi savoureuse que je l'espérais, mais la salade Napoli et les Linguine al funghi étaient vraiment délicieuses ! Ce n'est pas une destination pour le déjeuner, mais si vous y travaillez pendant une journée de shopping et de nostalgie dans ce Macy historique, c'est agréable. Il y a étonnamment de monde pendant le déjeuner en semaine, donc une réservation est une bonne idée.

Les autres verront comment vous votez !

  • Mayra L.
  • Forest Hills, Queens, NY
  • 55 copains
  • 26 Commentaires
  • 24 Photos

Je ne voulais pas sortir de Macy car il pleuvait si fort, alors nous avons fini par dîner ici un soir de semaine. Méfiez-vous de ce restaurant pratique à l'intérieur de Macy & 39s avec une bonne ambiance est un piège à touristes! Tout d'abord, la nourriture était correcte, trop chère et les portions étaient petites et vous ne serez pas rassasié. 22 $ ​​pour les pâtes à l'encre de seiche, 10 $ pour un petit bol de soupe au poulet et 19 $ pour la salade Presuttion Salami n'en valent pas la peine. Deuxièmement, notre serveur était inexpérimenté et inattentif. Elle ne nous a donné que 2 tranches de pain jusqu'à ce que nous le demandions. Le pain était rassis et dur. De façon inattendue, nous avons attendu une heure pour que notre nourriture sorte alors que l'endroit n'était pas occupé. Il y a plusieurs restaurants à proximité qui sont meilleurs que cela.

Si vous voulez une cuisine italienne authentique bon marché et bonne à proximité, je vous recommande Il Punto Ristorante sur la 38e rue ou Tony di Napoli sur la 43e rue.

Les autres verront comment vous votez !

  • Ou L.
  • Brooklyn, État de New York
  • 76 copains
  • 28 Commentaires
  • 20 Photos

Je viens de prendre notre dîner d'anniversaire ici. Était parfait!
Nous avons eu la salade Napoli, l'aubergine rôtie, le Paccheri Napolitana, les boissons et le cheesecake.
Tout était délicieux ! Surtout l'aubergine.
Nous avons réservé à l'avance, nous avons donc eu une table avec vue. Vraiment beau.
Le design de l'endroit est épuré et simple, il est élégant et super conçu. Même les assiettes sont marquées.
De plus, le serveur - Diego, était super gentil et gentil et nous a même offert une boule de glace gratuite pour notre occasion. L'hôtesse nous a même félicité à la sortie.
Endroit chaleureux vraiment sympathique!
Hautement recommandé!

Les autres verront comment vous votez !

  • Jenny N.
  • Brooklyn, État de New York
  • 197 copains
  • 219 Commentaires
  • 3755 Photos

Mon ami et moi avons décidé de donner une chance à cet endroit car il pleuvait fort dehors et mon ami n'avait pas de parapluie et n'avait pas envie de sortir de Macy. Nous sommes allés ici pour le dîner. Tout d'abord, le service était médiocre, ils ne nous ont même pas donné de pain jusqu'à ce que nous le demandions. Quand nous avons eu les deux tranches de pain, c'était rassis, dur et vieux. Oui, seulement deux tranches, pas tout un panier de pain et nous n'avons eu que deux tranches car nous en avons demandé un de chaque type de pain, sinon ils ne nous en donneraient qu'une seule. Très bon marché sur le pain. Deuxièmement, la nourriture était de petites portions et coûtait plus de 20 $ le plat pour les pâtes. Un super petit bol de soupe coûtait 10 $. Cela ne vaut vraiment pas le coup. J'ai commandé la salade de salami prescuttio et la soupe au poulet et mon ami a eu les pâtes à l'encre de seiche et notre facture s'est élevée à 30 $ par personne (taxes et pourboires compris). En gros, si vous voulez de la bonne cuisine italienne, n'y allez pas. Vous ne serez pas rassasié et la nourriture est hors de prix. Je recommande Tony di Napoli ou Buca di Peppo à Times Square pour une cuisine italienne authentique avec de grandes portions à un prix raisonnable.

Note latérale: Il semble que ce restaurant soit plus une nouveauté et probablement pour les touristes. Au fait, les serveurs masculins de cet endroit étaient assez attrayants mais notre serveur / serveuse était une femme.

Les autres verront comment vous votez !

  • Alexandrie A.
  • Quartier financier, Manhattan, NY
  • 10 copains
  • 33 Commentaires
  • 19 Photos

La vue est vraiment sympa mais le service est horrible ! Il a fallu 15 minutes à la serveuse pour nous apporter une bouteille d'eau, 15 minutes supplémentaires pour prendre notre commande. Les boules de calamars et de risotto sont correctes, mais ne valent pas le prix. J'ai commandé une salade simple et cela a littéralement pris 45 minutes !! Ce n'était même pas pendant l'heure du déjeuner !! Nos serveurs semblaient également tourner, ce qui était très déroutant et peu professionnel. La salade Napoli que je recommande vivement, mais encore une fois, 45 minutes pour une salade sont ridicules. J'ai dû arrêter un serveur pour notre contrôle aussi! Je reconsidérerais de manger ici à tous ceux qui recherchent un repas!

Les autres verront comment vous votez !

Je viens de déjeuner là-bas aujourd'hui avec ma fille. elle a commandé la salade Napoli comme plat principal. ses mots & 39 Meilleurs. Salade. Jamais !'. nous serons de retour.

Les autres verront comment vous votez !

  • Danan R.
  • New York, État de New York
  • 998 copains
  • 2057 Commentaires
  • 131 Photos
  • Élite '21

Absolument charmant avec une excellente cuisine et un service fantastique, le tout avec une vue magnifique ! Nous sommes venus ici pour le déjeuner et étions assis dans une cabine confortable avec une vue magnifique sur HSQ. Les calamars frits avaient une excellente pâte croustillante et la mozzarella de Bufala était crémeuse et fraîche, garnie d'un délicieux mélange de pesto et d'échalotes. Mon préféré était la bruschetta avec du thon italien, des fèves, des échalotes et des poivrons dans une légère vianigrette sucrée et acidulée. Ce n'est pas votre bruschetta typique mais c'était super, surtout lorsqu'il est accompagné du pain au sésame velouté. L'assiette d'olives avait une grande variété d'olives, ce qui changeait bien par rapport à l'assiette d'olives monochromatique typique. Ma mista insalata aux crevettes fraîches était rafraîchissante et savoureuse avec des légumes verts mélangés croustillants et de succulentes crevettes géantes légèrement assaisonnées, le tout mélangé dans une vinaigrette au citron douce et crémeuse. La pizza spéciale aux cerises et au brie était différente mais très bonne et était garnie de beaucoup de roquette sur une croûte artisanale croustillante mais pas trop fine. La pizza margherita était également solide, tout comme la salade Napoli, qui était garnie d'un mélange de salami, de prosciutto et de provolone, ainsi que d'olives, d'artichauts et de poivrons. Le flétan enveloppé de pancetta a également reçu un coup de pouce. Le service était phénoménal et nos verres n'étaient jamais à moitié pleins. Nous étions trop farcis pour le dessert mais je reviendrai certainement pour essayer la glace très bientôt!


Big Tech utilise ‘socialement maladroit’ et ‘le spectre’ pour couvrir leurs péchés

SpaceX rendra public son service Internet Starlink une fois que ses flux de trésorerie seront devenus plus prévisibles, a déclaré mardi le PDG Elon Musk.

L'homme le plus riche du monde a exposé les critères généraux d'une introduction en bourse de Starlink sur Twitter alors que SpaceX s'efforçait d'étendre le réseau Internet par satellite, qui compte plus de 10 000 utilisateurs aux États-Unis et à l'étranger.

Musk a déclaré que l'offre viendrait "une fois que nous pourrons raisonnablement prédire les flux de trésorerie" pour Starlink, qu'il a décrit comme une "effort technique et économique incroyablement difficile". Il n'a pas proposé de calendrier précis pour l'inscription potentielle. .

"SpaceX doit traverser un gouffre profond de flux de trésorerie négatifs au cours de la prochaine année pour rendre Starlink financièrement viable", a déclaré Musk dans un échange Twitter tôt mardi matin. “Chaque nouvelle constellation de satellites de l'histoire a fait faillite. Nous espérons être les premiers à ne pas le faire.”

Starlink connecte les clients à Internet via un réseau de satellites que SpaceX a lancé au-dessus de la Terre. Le service a lancé un test bêta « Mieux que rien » en octobre, facturant aux utilisateurs 99 $ par mois plus 499 $ pour l'équipement nécessaire pour se connecter au réseau.

Musk a précédemment indiqué que SpaceX, une société privée, chercherait à transformer Starlink en tant qu'entreprise publique une fois que la croissance de ses revenus deviendrait "raisonnablement prévisible".

La force apparente de l'activité de Starlink a contribué à faire grimper le prix des actions de SpaceX sur le marché privé l'automne dernier, comme le rapportait The Post à l'époque. Mais Musk a promis dans un tweet de septembre que les petits investisseurs auraient la "priorité absolue" dans l'offre Starlink.

Musk détient environ la moitié de SpaceX, une participation qui représente près de 19 milliards de dollars de sa valeur nette de 206 milliards de dollars, selon l'indice des milliardaires de Bloomberg.


Restaurants à New York

Qui aurait pensé que mon nouvel endroit préféré pour la glace se trouverait chez Macy's. Mais c'est exactement là que vous trouverez Vivoli il Gelato de Florence alors qu'il fait ses débuts aux États-Unis. La boutique, ou devrions-nous dire le comptoir en marbre, fait partie de Stella 34, une trattoria au sixième étage de Macy's cachée derrière les draps et le linge du sixième étage. C'est si bien caché que même un employé de Macy's ne savait même pas qu'il existait. Mais attaché à Stella, vous trouverez Vivoli et il est vraiment digne d'un voyage à Herald Square.

Glace au chocolat si riche, si décadente, si savoureuse qu'elle rivalise facilement avec Grom et les portions sont plus grandes. Il y a de la pistache et de la stracciatella avec des morceaux de chololate avec du zabaione. Le croquant aux amandes est léger et aéré avec une touche d'amandes grillées et de poire si pures que vous penserez que vous en croquez. Rien que d'y penser me donne envie d'une autre tasse. Vive Vivioli !


C'est un magasin, c'est un restaurant, c'est…Eataly

Un ami voulait recréer un délicieux plat de pâtes que nous avons mangé en Sicile au printemps dernier. C'était un strozzapreti – « prêtre étranglé » ou « prêtre étrangleur », une variante allongée de pâtes cavatelli, avec une simple sauce au brocoli qui était l'une des choses les plus délicieuses que nous ayons jamais goûtées. Mais les pâtes strozzapreti étaient presque impossibles à trouver.

Je ne suis pas un fin gourmet, et même si j'avais entendu parler d'Eataly, qui a ouvert son premier avant-poste américain dans le quartier Flatiron de New York en grande pompe en 2010, je n'y étais jamais allé. Sept ans plus tard, ma recherche de strozzapreti m'a conduit à la salle de restauration italienne de 56 000 pieds carrés. Une employée des services à la clientèle m'a rencontré dans la section des pâtes et m'a aidée à parcourir ce qui semblait être des centaines de variétés de pâtes emballées (il y a aussi des pâtes fraîches) jusqu'à ce qu'elle trouve le strozzapreti. Il y avait toute une rangée de strozzapreti et plus d'une marque parmi lesquelles choisir. Cet associé serviable m'a ensuite conduit à travers la foule, devant le café-bar Lavazza, les boulangeries - pains et gâteaux - les bonbons et les sucreries, le poisson, les marchés de légumes et de viande, les stations de fromage, le magasin de vin, le livre de cuisine et la cuisine la section des ustensiles, les rayons des pâtes fraîches et de la mozzarella fraîche, la zone des plats préparés, les huiles d'olive - étiquetées par région avec des descriptions de goût pour chacun - les sauces, les cours de cuisine, le bar à glaces et six des sept restaurants d'Eataly à la caisse.

Ce fut une bonne expérience et j'ai été intrigué. L'endroit était rempli de clients, mangeant, buvant, faisant du shopping et s'amusant. Eataly n'est pas bien éclairé et quelque peu caverneux, mais les clients, des tonnes, de tous âges, formes, tailles et nationalités, étaient engagés et bourdonnants. Eataly est un endroit bruyant et aventureux, présenté comme un voyage en Italie sans le trajet en avion. Dans une certaine mesure, c'est comme un voyage en Italie, ou c'est ce que les clients ont été encouragés à croire, et dans la mesure
comme je peux le dire, il réussit.

Le père fondateur a une mission

Eataly a été fondée en 2007 par Oscar Farinetti, fils d'un fabricant de pâtes de troisième génération et originaire de la région du Piémont, dans le nord de l'Italie. Oscar, aujourd'hui âgé de 62 ans, a rejoint l'entreprise d'alimentation familiale, UniEuro, en 1978. Il s'est concentré sur son département électronique et est crédité d'avoir «transformé» UniEuro en le plus grand détaillant d'électronique d'Italie. Il a ouvert 150 magasins entre 1978 et 2003, année où Oscar a vendu la chaîne pour 500 millions (apparemment) d'euros.

Before he invested 20 million of those Euros to start Eataly, Farinetti was involved in the Slow Food movement, founded in 1986 by his friend, Carlo Petrini. Slow Food is an international non-profit culinary educational organization that stresses a combination of fair pricing, sustainability and local products. The polar-opposite of fast food. After the January 2007 opening of the Farinetti’s first Eataly in Turin, in a 30,000 square-foot repurposed vermouth factory, Farinetti told The New York Times, “Eataly’s goal is to make high-quality Italian foods available to everyone, at sustainable prices and in an informal environment where they can shop, taste and learn.” Writing in The Atlantic in May 2007—an article sub-headed, “A new exciting bazaar makes Whole Foods look like the A&P,” Corby Kummer, an award-winning food writer and author of The Pleasures of Slow Food, said: “Eataly is an irresistible realization of every food-lover’s gluttonous fantasy, paired with guilt-cleansing social conscience—a new combination of grand food hall, farm stand, continuing-education university, and throbbing urban market.”

A Vision Expands

Ten years and 31 Eatalys later, Farinetti is making good on his promise. Eataly now has nine locations in Italy, including a 2012 entry in Rome—a 170,000 square-foot extravaganza located inside an abandoned rail terminal originally constructed for the 1990 soccer World Cup, an 80 million-euro investment that includes 18 restaurants. There are three Eatalys in the Arab world, including Dubai, Riyadh and Doha one in Istanbul, opened in 2014 and featuring a restaurant by Massimo Botturo, considered the best Italian chef in the world. There are Eatalys in Japan, Seoul, Munich and Monaco, with plans for Moscow in the works.

Eataly’s first American outpost opened in New York’s Flatiron neighborhood in August 2010 in what was formerly the International Toy Center—previously occupied by Cipriani, who’d tried unsuccessfully to make it a catering hall. New York’s mayor at the time, Mike Bloomberg, surrounded by Archbishop Timothy Dolan and Italian dignitaries including the president of Liguria and the mayor of Turin, Eataly’s hometown, talked about New York’s “love affair” with Italian food and simpatico with “the great cities of Italy.” It’s true, New Yorkers love Italian food. But I think Eataly takes you beyond what even a food lover expects.

Partners Make Perfect

In a stroke of genius, Farinetti partnered with the B&B Hospitality Group to open Eataly in the United States.

The B&B Hospitality Group is a partnership between the celebrity chef, writer and media personality Mario Batali the winemaker, author, television producer and TV food judge, Joe Bastianich and his mother, Lidia Bastianich, the highly regarded Italian-born chef, restaurateur and PBS food star. Together they own and operate 30 restaurants globally, including the highly rated Babbo in New York—one Michelin Star and three from The New York Times—as well as New York’s Del Posto, one of only five 4 Star New York Times restaurants and the only Italian restaurant ever to receive 4 stars from The Times.

Batali and the two Bastianichs are to food what Ryan Gosling and Emma Stone are to movies this season and Mick Jagger, Beyoncé and Lady Gaga are to music. These three are the rock stars of the food world. There is no question that their star power brings in the business. Food shows are popular entertainment today and have brought more sophisticated food ideas along with the desire to cook what is new and fresh—simple or special—to American kitchens. Just watch Mario Batali on his latest show, Multissimo. He is a natural, compelling television personality, going to the market, cutting herbs, chopping vegetables, cooking and talking to his guests, explaining as he goes. Batali and the Bastianichs pride themselves not just on the quality of their restaurants but also on sustainability, which is also central to Farinetti’s vision. You can even hear a TEDx talk given in 2011 by Elizabeth Meltz, Director of Environmental Health at B&BHG, who ensures that all their restaurants, including those at Eataly, practice the sustainability they preach.

Think Local, Be Italian

At Eataly in New York, much of the produce sold is grown locally, with flour from upstate New York and fish from the Fulton Fish Market. Dry goods, including pastas and olive oils, are imported from Italy. Eataly stocks 100 varieties of extra virgin olive oil from “producers that exclusively harvest in Italy” and boasts “the largest selection of boutique, single-estate olive oils.” Eataly even has a resident oleologist—olive oil expert Nicholas Coleman, a Columbia graduate who became fascinated with olives and olive oil and has built a career on it.

Nicola Farinetti, Oscar’s son, came to New York to be CEO of Eataly in the U.S. after managing Eataly in Bologna. Nicola, along with the brothers Alex (Eataly’s CEO) and Adam (COO) Saper, also have a partnership stake in the U.S. operations and oversee all aspects of Eataly’s U.S. retail business. The B&B Hospitality Group takes care of the restaurants. While Batali seems to be the primary “face” of the business, and most people believe Eataly is “Batali’s food place,” B&BHG does not actually run the business, which is as complex, if not more so, than a typical retail establishment and one that is growing. Eataly Chicago, 63,000 square feet, is Eataly’s largest U.S. outpost to date.

Eataly Chicago opened in 2013, with 23 eating areas, one fine dining restaurant, 700 employees, including a vegetable butcher—someone who will prepare the vegetables you buy in case you don’t know how to chop an artichoke or clean a mushroom. Chicago Eataly reportedly reached sales above$50 million by 2015. A Boston Eataly, 45,000 square feet, opened on three floors of the Prudential Center in November, 2016. A Los Angeles location is in the works for this year, Toronto for 2018. The same team also operates Eataly in Sao Paolo. They seem to have the Western Hemisphere covered.

By the second anniversary of Eataly’s Flatiron store, Mario Batali indicated that Eataly accounted for one third of B&B Hospitality Group’s $250 million sales. A second New York location in the Financial District at 4 World Trade Center—45,000 square feet overlooking the Freedom Tower, with gorgeous views of the Hudson, and the 9/11 Memorial sites, opened in August 2016. At the time, Alex Saper told Bloomberg News Eataly’s U.S. sales were $130 million, with an expectation of $260 million by year-end and $550 million worldwide.

Eataly’s New York flagship Flatiron reportedly hosts between 8,000 and 10,000 customers a day on weekdays and 12,000 to 13,000 on weekends. It is said to be Eataly’s highest grossing store in revenues, with sales per square foot estimated to be around $1,700, an extraordinarily high number for the food sector (Kroger $672) and significantly higher than any fast food restaurant —Shake Shack leads at $387, Chipotle follows at $250. Eataly even approaches traditional retail sales per-square-foot where Tiffany, $2951, follows the leader, Apple, $5546.

La Scuola: Learn

Eat, Shop, Learn is Eataly’s organizing principal. All its restaurants are open kitchens so customers can watch the food being prepared. Eataly also has a school, La Scuola, with classes designed by Lidia Bastianich, to help customers learn about what they are eating and how to prepare Italian food. Education is central to Oscar Farinetti’s mission. Eataly’s La Scuolo serves about 10,000 customers a year. Classes range from fresh pasta and mozzarella preparation to family-style entertainment like the regularly scheduled Kids Kitchen—“bring your parents to La Scuola”—$90 for one parent and one child it is usually sold out. Classes include hands-on techniques, lectures and tastings, with pairings of food and wine and cheese from various regions of Italy. Two-hour Chef’s Table dinners of four courses, featuring the food and wine from a region like Sicily or Tuscany, last two hours and are priced at $125 per person. There is a class every day at every Eataly on some aspect of food and wine. Recipes and shopping lists are included so students can shop for what they’ve learned to prepare at home. The classes take place on the selling floor among the restaurants, the customers, the butchers and the bakers. All of this adds a sense of excitement and fun to the atmosphere.

Learning at Eataly is not just for customers. Employees, both food and restaurant, are instructed regularly on what’s new, what’s planned, and what’s important to know so they can pass their knowledge on to customers. You can see groups of employees being instructed on the sales floor. Associates are encouraged to discuss products or explain cooking techniques with customers.

Customer Experience

I surveyed customers about their Eataly experiences. Most thought Eataly was fun and exciting, “an adventure and a fun day,” “special,” “authentic,” “a place where you can find Italian products you can’t find anywhere else.” A New York tech entrepreneur who enjoys going for coffee regularly on Tuesdays at 11:00 AM when it is not crowded, described Eataly as “lively, colorful, festive, noisy, exuberant, joyful—Italians at their best.” Others, New Yorkers all, objected to the crowds, especially the tourists, “you have to deal with the meandering tourists and hectic atmosphere before you can get to the food offerings … I have walked out of the Flatiron location without a purchase because I couldn’t deal with the crowds.” One downtown Manhattanite explained, “I think they have a difficult position—as a tourist destination that is also trying to be a regular shopping resource for New Yorkers.”

Consumers respond positively and negatively about the restaurant experience. “There were people sitting and eating, but it didn’t look appetizing because of the noise and the crowds.” One found the restaurants “sub par.” The fine dining, reservations-only restaurant, Manzo, was described by one customer as “a bit pretentious, considering you are in a food court.” Yet, at peak hours, most of the restaurants are full.

I enlisted my niece, a cosmetics executive, to join me for dinner at Eataly. On a cold, dreary February evening we went to the Flatiron store. My niece encouraged me to see the roof garden restaurant, Baita, an Italian Alps beer garden, ski lodge-themed restaurant with a retractable roof on the 14th floor, which she has enjoyed with friends in summer “whiling away the afternoon with a bottle of rose, and then another.” Baita was bustling at 8:00 PM on this cold February night. With no reservation, it would have required a half-hour wait. Back downstairs I was surprised to find that the other restaurants were full at 8:00 PM. Finally, we were seated at the counter of the pizza and pasta restaurant, La Pizza & La Pasta—I was craving a big bowl of spaghetti with meat sauce, which the vegetarian restaurant did not offer yes, Eataly has a vegetarian restaurant. We sat next to a consultant who travels from Dallas to New York weekly for business and eats at Eataly nearly every night. I would describe our meal as very good. Equal in quality, and as expensive as a good New York Italian restaurant, and comfortable, once acclimated, considering you are sitting on a stool in front of a pizza oven in the middle a 50,000 square-foot space.

L'avenir

On October 1, 2015 Andrea Guerra, former chief executive of Italian eyeglass maker Luxottica—owners of LensCrafters, RayBan, Sunglass Hut, Oakley and others—and senior adviser to former Italian prime mister Matteo Renzi, became executive chairman of Eataly. Guerra, 51, joined Luxottica in 2004 as CEO and departed in 2014 after Luxottica’s founder, Leonardo Del Vecchio, 81—the second-richest man in Italy —assumed the executive role himself. During Guerra’s tenure at Luxottica, sales grew from 2.8 billion euros in 2003 to 7 billion euros in 2014. He reportedly left Luxottica with 40 million euros and now has a five-percent stake in Eataly.

Last year, Italian merchant bank Tamburi valued Eatalty at 618 million euros, based on sales of 380 million euros and profits of 30 million euros. They also have a stake in the company. In May 2016, Andrea Guerra told Reuters that Eataly will list about 30 percent of the company on the Milan exchange within the next two years.

Guerra offers serious management capacity to Farinetti and Eataly along with successful experience running an Italian public company with a substantial U.S. presence. Eataly’s Flatiron store is the chain’s largest-grossing, and there seems to be significant expansion opportunity in North America, with an already successful team and partnership in place—Batali & Bastianich, Nicola Farinetti and the Saper brothers—to execute it.

Food is a connector of people. A unifier. And like all people, Americans have a taste for food and want community and connection, especially in these uncertain times. Americans have embraced Italian culture, La Dolce Vita, since the liberation of Italy in World War II. Italian food has become an American staple, and a symbol of family and community. I think Eataly is in the right place at the right time, poised for a continuing and successful expansion, here and globally. One of Eataly’s mottos is: Eat well, live better. Something everyone needs these days.

About Jane Singer

Jane Singer is a consumer product marketing consultant specializing in branding and marketing strategy. She began her career at Grey Advertising, has held senior executive positions at BBDO, Bozell Worldwide, and Marc USA, and has worked with clients including Kmart, Neiman-Marcus, Rite Aid Drug Stores, Office Depot, The Sports Authority, Visa, Liz Claiborne, VF Corporation, Gold Toe, and others.


Voir la vidéo: RESTORING AN 18th CENTURY PALAZZO FILLED WITH FRESCOES, CHOPIN u0026 THEATRE IN SIENA, ITALY (Octobre 2021).